Le groupe de télévision publique norvégien NRK se dit très heureux des premiers tests de diffusion de contenus par BitTorrent qu'il a démarrés il y a plus d'un an. La chaîne veut développer ce mode de distribution, et annonce en outre qu'elle pourrait privilégier les producteurs de contenus qui proposent des licences libres.

Nous avions indiqué l’an dernier que les télévisions publiques canadiennes et norvégiennes avaient adopté BitTorrent pour diffuser certaines émissions gratuitement et sans DRM. NRK, la chaîne de télévision publique norvégienne, a fait savoir dimanche qu’elle était très contente de l’expérience menée depuis un an, et qu’elle entendait bien la développer en diffusant plus souvent des contenus par le réseau P2P.

NRK a ainsi décidé de mettre en place son propre tracker BitTorrent, basé sur le même logiciel libre OpenTracker que celui utilisé par les suédois de The Pirate Bay. Les internautes qui souhaitent télécharger et partager les contenus mis à disposition de la chaîne doivent ainsi télécharger le .torrent souhaité et se connecter au tracker de NRK pour obtenir la liste des adresses IP qui échangent le fichier. Mais contrairement au tracker de The Pirate Bay, qui est ouvert à n’importe qui souhaite l’utiliser pour diffuser des contenus, le tracker de la TV publique norvégienne sera exclusivement réservé aux contenus qu’elle aura choisi de diffuser.

La chaîne explique que paradoxalement, le fait d’utiliser BitTorrent est aussi le meilleur moyen d’éviter le piratage. « En utilisant BitTorrent, nous pouvons proposer à notre public des fichiers média de haute qualité. L’expérience de nos premiers tests a montré que si nous sommes le meilleur fournisseur de nos propres contenus, nous gagnons également son contrôle« , assure NRK. Les « pirates » n’ont pas besoin de pirater si le service rendu est déjà excellent sur le site officiel.

La chaîne a prévu de diffuser sur BitTorrent une émission très populaire en Norvège, qui décrit la vie de certaines personnes qui habitent des endroits isolés du pays. Elle montre « des gens passionnants et des paysages spectaculaires« , assure NRK, qui fournira également les fichiers de sous-titres norvégien en donnant l’autorisation à quiconque le souhaite de traduire et de diffuser les sous-titres dans d’autres langues.

« Nous fournissons des fichiers vidéo de haute qualité sans DRM. Le plus gros problème de ce projet c’est d’obtenir tous les droits dont nous avons besoin pour distribuer le contenu dans un tel système ouvert« , explique la chaîne. « NRK est un gros producteur de contenus, mais des maisons de disques, des acteurs, des sociétés de production extérieures, et des titulaires des droits du format ont en général des contrats qui nous interdisent de distribuer notre contenu librement sur Internet. Nous sommes en négociations constantes sur ces problèmes« .

Pour faciliter les choses sur de prochaines émissions, la chaîne assure qu’elle pourrait se tourner vers d’autres prestataires, moins difficiles sur les questions de licences. Pump Audio et Magnatune, qui fournissent de la musique sous licence libre, sont cités en exemple

Chez nous, France Télévisions est encore très loin de ce genre de démarches… malgré la suppression de la publicité qui devrait l’encourager à se tourner de manière plus franche vers la diffusion de contenus libres sur Internet.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés