Avec 18 mois de retard sur les Etats-Unis, Amazon devrait lancer d'ici la fin du premier trimestre 2009 son service Amazon MP3, qui propose des chansons à un prix réduit et sans DRM. Trop tard ?

Amazon n’a pas tenu tenu son objectif. Lorsqu’il a lancé son service de téléchargement d’albums de musique sans DRM aux Etats-Unis, le géant du commerce électronique américain s’était promis que le service débarquerait en France en 2008. C’est raté. De peu. Selon Les Echos, Amazon devrait finalement lancer son service Amazon MP3 « d’ici à fin février ou début mars« .

Il l’a déjà ouvert en Grande-Bretagne en décembre dernier, et prépare maintenant une version française. Tout semble prêt, au moins au niveau contractuel.

Lors du Midem 2009 à Cannes au début de l’année, la Sacem a en effet révélé avoir conclu un accord paneuropéen avec Amazon et Nokia, qui pourront désormais ouvrir leurs services dans toute l’Europe sans avoir à négocier pays par pays. « Par cet accord paneuropéen, la SACEM délivre des autorisations pour utiliser les droits en ligne détenus et/ou contrôlés par Universal Music en plus du répertoire de la SACEM pour l’exploitation du service MP3 de musique numérique d’Amazon Europe« , expliquait ainsi la société de gestion collective. Des accords avec EMI, Warner et Sony BMG auraient également été conclus parallèlement par Amazon.

Pour s’imposer sur le marché américain, Amazon a misé dès septembre 2007 sur un catalogue étendu vendu au format MP3 sans DRM, donc compatible avec l’iPod, avec des tarifs moins élevés que son concurrent iTunes. Les morceaux peuvent ainsi se trouver entre 0,79 et 0,99 dollars.

Mais en annonçant à son tour début janvier la suppression des DRM, Apple a pris de vitesse Amazon en Europe. Non seulement Apple ne met plus de verrous sur ses morceaux de musique, mais il en a en plus profité pour réviser sa politique tarifaire, qui lui permet désormais de proposer des morceaux de musique dès 0,69 euro le téléchargement. C’est donc sur les titres les plus récents qu’Amazon pourra le mieux s’imposer, puisque sur les nouvelles sorties et les plus grands succès, iTunes impose désormais un tarif plus élevé, de 1,29 euros. Mais cela suffira-t-il à Amazon pour réussir là où toutes les autres plateformes ont échoué ? C’est peu probable.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés