Les dogmes religieux qui s'imposent dans l'univers réel doivent-ils être étendus aux représentations virtuelles des pratiquants ? En attendant que les cardinaux et les imams se penchent sur la question, la communauté musulmane Muxlim.com lance un monde virtuel respectueux des pratiques et des valeurs islamiques.

Il n’y avait pas de raison que ça n’arrive pas un jour. Si Internet tend à effacer la hiérarchie sociale entre les hommes, en mettant chacun sur un pied d’égalité, les différences culturelles persistent, et les dogmes également. Le site Muxlim.com dédié aux communautés musulmanes a ainsi lancé Muxlim Pal, un monde virtuel à la Second Life conçu pour respecter les valeurs et les préceptes de la religion islamique. Dans cet univers au graphisme inspiré de Habbo, la violence, le sexe, la drogue ou les propos obscènes sont formellement exclus.

Chaque membre de la communité est identifié par son « pal » (son avatar), qu’il peut personnaliser en achetant des vêtements virtuels, y compris des voiles islamiques, ou en décorant son appartement privé. Il est alors possible de se rendre dans les salles de prières et de discuter avec le reste de la communauté dans des bars sans alcool – même virtuel, des magasins ou des salles de concert.

« Muxlim Pal est seulement une autre façon pour nos utilisateurs de créer des liens, de s’amuser et de s’exprimer en utilisant un média socialisant dans un environnement sûr et amical« , a expliqué à l’AFP Mohamed El-Fatatry, 23 ans, le fondateur de Muxlim. Toutefois même si le site est voué au respect du culte musulman, il n’est pas question de le restreindre à cette seule communauté.

Le site se veut ouvert à tous les utilisateurs, pourvus qu’ils respectent les règles de vie imposées. « Nous ne voulons pas faire de la ségrégation. Nous voulons construire une plateforme pour que les musulmans aient une voix et dialoguent avec les autres« , indique M. El-Fatatry.

Les fondateurs du site, qui comptent 1,5 million de visiteurs par mois, veulent dans un premier temps s’adresser en priorité aux musulmans qui sont minoritaires dans leur pays et qui souhaitent échanger avec leurs pairs. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne comptent pour 70 % des utilisateurs. Un souhait qui n’est cependant pas que philantrope. « Cela nous permet de générer de l’argent de ces utilisateurs et de faire vivre l’entreprise. Plus tard, nous verrons du côté des pays musulmans« , concède ainsi le créateur du site.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés