Après l’alcool et le téléphone portable, les autorités seront-elles bientôt amenées à interdire l’utilisation d’un GPS dans les voitures ? Si la question peut paraître étrange, elle ressort pourtant d’une étude britannique commandée par l’assureur Direct Line, et relayée par nos confrères de Tom’s Guide. Selon cette étude, 300.000 accidents de la route auraient été causés par l’utilisation d’un système GPS en Grande-Bretagne, et près de 1,5 millions d’automobilistes estiment qu’ils ont déjà été mis en danger par l’utilisation d’un navigateur.

Parce qu’on a trop tendance à lui faire confiance et à se laisser endormir par ses instructions, le GPS peut être à l’orgine de comportements dangereux au volant. Selon Direct Line, 5 millions d’utilisateurs de système de navigation se seraient déjà engagés au moins une fois sur une voie à contresens en suivant les instructions du GPS !

On rappellera tout de même à toute fin utile que l’utilisation d’un GPS n’est pas une alternative au permis, et qu’elle ne dispense pas de s’arrêter aux feux rouges et autres sens interdits.

Puisqu’il semble totalement inconcevable d’interdire les aides à la navigation au volant, il faudra bien apporter une réponse à ces chiffres pour le moins étonnants. Les assureurs vont-ils commencer à faire payer une surprime aux utilisateurs de GPS ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés