Ford a investi 182 millions de dollars dans Pivotal, une entreprise qui propose des solutions de cloud. Objectif : les services numériques et la conduite autonome.

C’est un fait : plus les mois passent et plus la certitude que l’avenir de l’automobile passera par le logiciel se fait grande. Dans cette direction, Tesla est souvent montré comme exemple, dans la mesure où l’entreprise n’a cessé, depuis ses premiers modèles commerciaux, de peaufiner son expérience utilisateur autour du tableau de bord. C’est aussi une suite logicielle puissante, côté voiture et côté serveurs, qui permet à Tesla de faire rouler ses voitures de manière autonome.

Mais les grands noms de l’industrie ne sont pas à la traîne et, s’ils ont du mal à rattraper la cadence en interne, ils n’hésitent pas à investir dans des sociétés ou startups qui s’occuperont de ces évolutions à leur place. C’est pour cela que General Motors s’est associé avec Lyft, que Fiat-Chrylser a signé avec Google et qu’Apple cherche, pour l’instant en vain, à séduire un partenaire industriel. Aujourd’hui, nous apprenons que Ford a investi 182 millions de dollars dans Pivotal, une société qui développe des services en ligne et des applications dans les nuages.

Pour l’Américain, qui est le deuxième plus gros vendeur dans son pays, l’objectif est double. D’une part, il s’agit de renforcer les services liés à la voiture connectée, qu’il s’agisse de l’assistance du tableau de bord ou des options proposées dans le FordPass : place de parking, contact avec un réparateur, état des véhicules etc. Ces fonctionnalités sont aujourd’hui fondamentales pour un constructeur, dans la mesure où le smartphone s’est imposé comme un outil central au quotidien. Manquer cet aspect de l’automobile contemporaine, c’est prêter le flanc à une concurrence qui fera tout pour connecter ses véhicules.

Aussi bon soit votre algorithme, c’est l’épreuve de la route qui permettra de peaufiner ses réactions

Le deuxième enjeu est tout aussi gros pour Ford, qui, comme la plupart des constructeurs, cherche à tirer son épingle du jeu pour se positionner sur le secteur des voitures autonomes. Pour conduire seule sur les routes, une voiture a besoin de différents capteurs, mais aussi et surtout d’un logiciel de traitement rapide de l’information. Et comme Tesla l’a montré avec ses voitures, l’essentiel du pilotage automatique repose aujourd’hui sur la base de données des situations de conduite réelles possédées par une société. Aussi bon soit votre algorithme, c’est l’épreuve de la route qui permettra de peaufiner ses réactions et d’enrichir dans le même temps tous les véhicules déployés par une marque.

On comprend alors sans mal l’intérêt de Ford pour les technologies de cloud computing proposées par Pivotal.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés