Même s'il est écrasé par le poids de Google en Europe, Microsoft a décidé de retirer toutes ses plaintes contre Google auprès des régulateurs mondiaux, en particulier celles émises au niveau européen en matière d'abus de position dominante. Les deux entreprises font la paix.

Les relations se réchauffent entre Google et Microsoft, mais il n’est pas dit que ce soit au bénéfice des utilisateurs. Re/Code rapporte que les deux firmes ont signé un accord par lequel Google et Microsoft s’engagent mutuellement à ne pas dénoncer leur concurrente auprès des différentes autorités de régulation dans le monde, et à tenter de trouver une solution amiable à tout conflit qui pourrait naître entre elles.

« Microsoft a accepté de retirer ses plaintes réglementaires contre Google‚ ce qui reflète nos changements de priorités juridiques », confirme un représentant de la firme de Redmond, qui indique que « nous allons continuer à nous concentrer sur une concurrence vigoureuse ». De même, Google explique qu’il « veut [concurrencer Microsoft] sur la base de nos produits, pas par des procédures judiciaires ».

Sundar Pichai (Google) et Satya Nadella (Microsoft)
Sundar Pichai (Google) et Satya Nadella (Microsoft)

Concrètement, Microsoft a donc retiré ses plaintes contre Google en matière d’abus de position dominante. L’annonce en est faite au moment-même où la Commission européenne annonce l’ouverture d’une procédure antitrust contre Google et son système d’exploitation mobile Android. et quelques mois après un retrait discret de Microsoft des associations FairSearch et ICOMP, qui luttent contre la toute puissance de Google.

Microsoft avait rejoint FairSearch en 2011, mais s’en était retiré en janvier dernier, en faisant savoir que sa plainte auprès de la commission européenne était maintenue. Elle est désormais retirée, quand bien même Google continue de peser plus de 90 % du marché en Europe, très loin devant Bing.

Selon Re/Code, le traité de paix serait dû à la personnalité des deux nouveaux dirigeants de Google et Microsoft, Sundar Pichai et Satya Nadella, qui s’entendraient bien mieux que Eric Schmidt et Satya Nadella. Les deux sont connus pour être des dirigeants qui préfèrent la discussion à l’opposition (il se dit même que c’est une qualité reconnue aux dirigeants d’origine indienne, de plus en plus populaires auprès des conseils d’administration des grandes entreprises). Mais puisqu’il n’y a pas véritablement d’amitié qui vaille en affaires, l’explication est surtout à chercher du côté d’un changement de stratégie industrielle.

Microsoft semble progressivement acter la défaite de Windows Phone, et a fait d’Android un moyen de mettre en avant ses propres applications, en exploitant son portefeuille de brevets pour faire pression sur les constructeurs. Les deux entreprises vont progressivement étendre à l’avenir leur coopération autour de l’environnement mobile de Google.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés