Amazon vient d'obtenir un brevet décrivant une méthode consistant à utiliser son visage dans le cadre d'une commande.

L’avenir du paiement passera-t-il par la case selfie ? C’est une éventualité à laquelle  veut se préparer Amazon, à en croire la découverte d’un brevet obtenu le 10 mars auprès du bureau américain des brevets, fait remarquer Re/Code. Celui-ci décrit en effet une méthode pour valider un achat sur la plateforme en utilisant le visage du client, sans que celui-ci n’ait besoin d’entrer le moindre mot de passe.

Au lieu d’inscrire son code secret pour se connecter à Amazon, l’utilisateur n’a qu’à orienter l’objectif photo de sa tablette ou de son smartphone (ou même de sa caméra de webcam) vers sa tête et le tour est joué. Autrement dit, il s’agit de prendre des selfies, fixes ou en vidéo.

Selfie
CC Patrik Nygren

Sur le papier, la technique se veut plus conviviale que la mémorisation d’un mot de passe, qu’il faut rendre ardu à retenir pour éviter d’une part qu’il ne puisse être trouvé par une personne malveillante au bout de quelques tentatives ou appris par cœur par quelqu’un de très indiscret situé à proximité. Là, il suffit de présenter son visage et d’attendre que l’accès au compte soit validé par Amazon.

Évidemment, une méthode pareille soulève des questions au niveau de la sécurité : et si une personne malveillante montre une photographie du propriétaire du compte devant l’objectif, Amazon ne risque-t-il pas d’être trompé ? C’est justement pour éviter un scénario de ce type que le géant du commerce électronique prévoit d’exiger l’exécution de certains mouvements pour s’assurer qu’il n’y a pas d’entourloupe.

Selfie commande Amazon
Les principales étapes.

Dans certains cas, le dispositif peut demander à l’utilisateur d’effectuer des actions, des gestes ou des mouvements, les gestes, comme un sourire, un clin d’œil ou un hochement de la tête, afin de vérifier une personne vivante qui passe commande et non pas un banal cliché tendu discrètement vers la caméra par l’usurpateur. Cela ne garantit pas un niveau de sécurité absolu, mais c’est indispensable pour assurer une protection minimale.

L’usage du visage dans le cadre d’un paiement sur Internet n’est pas tout à fait nouveau. Des sociétés plus ou moins importantes explorent elles aussi l’achat par reconnaissance faciale. C’est par exemple le cas de PayPal, qui a expérimenté un dispositif à Londres il y a quelques années, ou de la startup finlandaise Uniqul, qui a imaginé un dispositif similaire, testé à Helsinki.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés