Faraday Future fait son premier mouvement concret sur le marché de l'automobile en ouvrant une usine à un milliard. Personne ne sait encore qui se cache derrière cette entreprise.

Qui se cache derrière Faraday Future ? C’est la question à un milliard que tout le monde se pose aujourd’hui. L’entreprise a recruté des têtes dirigeantes chez Tesla Motors, des ingénieurs qui ont travaillé sur la Tesla Model S, des designers chez BMW et tourne aujourd’hui avec 400 employés — 500 sont annoncés avant la fin de 2015.  Elle s’octroie en plus le droit à l’insolence en se donnant un nom qui joue avec les codes de communication de Tesla : Michael Faraday est aussi un scientifique qui a travaillé sur l’électricité au dix-neuvième siècle et à qui on doit le fameux principe de la cage qui porte son nom.

Réalité virtuelle, PC : la communication de Faraday brouille les pistes.
Réalité virtuelle, PC : la communication
de Faraday brouille les pistes.

Et comme Elon Musk avec son usine au Nevada, elle a annoncé aujourd’hui qu’elle allait construire une usine américaine qui lui coûterait un milliard de dollars. Cette usine sera dédiée entièrement à la production de voitures électriques et pourrait atterrir en Californie, en Géorgie, en Louisiane ou au Nevada. Dans son communiqué, elle affirme que sa production ne se limitera pas aux voitures mais pourrait s’étendre à tous les véhicules — utilitaires et bus compris. Nick Sampson, vice-président de la compagnie qui se présente encore comme une « startup », n’hésite pas à parler d’une « gamme » de véhicules.

Faraday Future estime que sa première voiture sera disponible dès 2017 et qu’elle sera 15 % plus efficiente sur la route que la Tesla Model S équipée d’une batterie de 85 kWh, soit la plus chère actuellement. Gageons qu’en 2017, Tesla aura fait évoluer ses voitures, mais l’effet d’annonce pour Faraday est bien là.

Et pourtant, nous avons beau creuser, il est impossible de trouver des informations précises et fiables sur Faraday. Son CEO, chargé de l’exécutif, n’a pas été communiqué et on se demande bien comment une entreprise qui sortirait de nulle part pourrait recruter les ingénieurs des meilleurs concurrents du marché et investir 1 milliard de dollars dans une usine américaine. Les spéculations vont donc bon train : cela pourrait être une compagnie fille créée par Apple pour commencer à travailler sur ses voitures autonomes et électriques dans le plus grand secret, tout comme cela pourrait être l’œuvre d’un géant de l’automobile comme Ford. La piste d’un milliardaire qui souhaiterait se positionner sur le marché n’est pas exclue non plus.

 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés