Est-ce que l'AltStore pourra devenir un magasin d'applications alternatif et grand public pour iOS ?

Le 25 septembre 2019, le développeur indépendant Riley Testut a annoncé sur son compte Twitter ce qu’il estime être la première manière de « repousser les frontières d’iOS  » : un magasin d’applications alternatif qui ne demande pas de jailbreaker l’iPhone pour être utilisé.

Comment ? En utilisant quelques astuces bien connues des développeurs, comme la possibilité de charger sur des iPhone des applications de test et en les combinant aux fonctionnalités offertes aux entreprises, associations et projets « do it yourself ». En d’autres termes, vous créez un serveur sur votre PC ou votre Mac qui va signer des applications à la place d’Apple (comme si vous étiez une entreprise souhaitant les tester en local) et vous permettre de les installer sur votre iPhone.

Capture d’écran de l’Alt Store // Source : Alt Store

Comment installer l’AltStore

Le site du projet résume la manipulation en trois étapes simples. En réalité, ce n’est pas sorcier, mais il faut consentir à des tas de choses et faire plusieurs réglages.

  • Télécharger AltServer sur son PC ou son Mac et l’installer.
  • Brancher son iPhone à son PC ou son Mac, cliquer sur Install AltStore.
  • C’est là que l’application va demander des accès qui peuvent vous rebuter. Vous devrez aller sur votre compte iCloud et générer un mot de passe spécifique à l’application, pour vous connecter avec votre compte Apple au service. Ne fermez pas iCloud, vous en aurez besoin après.
  • Sur votre iPhone, vous devrez aller dans Réglages / Général / Gestion de l’appareil / Gestion des profils (ou Profils) et accepter que l’iPhone utilisé fasse partie de l’organisation gérée par AltStore (et vous en tant qu’utilisateur). Vous devrez de nouveau entrer un mot de passe spécifique.
  • Après cela, vous aurez normalement accès à l’AltStore, comme s’il s’agissait d’une application normale.

Vous y trouverez en tout et pour tout deux applications : un émulateur de Gameboy et un outil pour faire des copier-coller avancés que nous n’avons pas réussi à installer. Bien entendu, l’émulateur n’est livré avec aucun jeu : il vous faudra vos propres ROM pour y jouer — à vous de plonger dans la zone grise de la légalité.

L’AltStore // Source : Numerama

En lui-même, l’AltStore est joli et bien conçu, reprenant presque trait pour trait celui d’Apple. Mais comme il s’agit d’applications d’entreprises et d’un processus censés être pensés pour des tests internes ou des applications internes, vous aurez besoin de valider ces apps tous les 7 jours. C’est là que AltServer entre en jeu : s’il est connecté au même Wi-Fi que votre iPhone, il peut valider en arrière-plan les applications pour plus de confort.

Mais allez-vous vraiment faire tout cela pour un émulateur Nintendo ? Pas sûr : il faudra d’autres concepts séduisants pour attirer le grand public.

Pour révoquer les applications de votre iPhone, retournez dans « Gestion de l’appareil ».

Est-ce légal ?

Clairement, l’AltStore joue avec le feu. D’après le développeur du projet qui s’est confié à The Verge Apple n’a pas moyen de bloquer son store sans bloquer toutes les fonctions réservées aux entreprises. Testut a en effet joué avec les permissions pour rester dans les clous d’un usage business d’un iPhone : tout blocage contraindrait tous les clients entreprise d’Apple, d’après lui. Reste que Cupertino pourrait avoir des armes en réserve pour lutter contre cela : on se souvient que, parce que Facebook et Google avaient profité de failles dans ce programme entreprise, la firme à la pomme n’avait pas hésité à révoquer leurs licences. Aussi grosses soient ces entreprises.

Le fait que l’app soit confidentielle pour l’instant lui permet de ne pas encore s’attirer les foudres de Cupertino. Mais si d’autres développeurs soumettent leurs apps ou si Apple juge qu’il existe un risque pour l’utilisateur final ou ses revenus, d’une manière ou d’une autre, le couperet pourrait tomber. D’autant que Riley Testut espère gagner de l’argent avec son projet, par un Patreon.

Partager sur les réseaux sociaux