Facebook testait depuis quelques semaines LOL, une banque de mèmes destinée à un public d'adolescents. Le projet a finalement été abandonné.

Il vaut parfois mieux s’arrêter tant qu’il en est encore temps. Facebook a décidé de mettre fin à LOL, une plateforme de mèmes qu’il testait à destination des jeunes, a révélé Recode jeudi 7 février.

Une banque de mèmes jugée « gênante »

Le projet de banque de mèmes était testé auprès d’une centaine de lycéens depuis quelques semaines. Supposé rester secret, il avait été rendu public par TechCrunch le 18 janvier.

L’idée était de transformer une partie du fil d’actualité des utilisateurs en une plateforme de GIFs et vidéos drôles. Facebook avait confirmé travailler sur LOL pour éventuellement le proposer sur mobile comme sur la version desktop. Les premiers tests semblaient peu concluants : des lycéens trouvaient la banque de mèmes « gênante », car elle leur donnait l’impression que Facebook tentait d’être jeune, sans l’être vraiment.

Facebook tentant d’être jeune. // Source : Reddit

Séduire les ados, le nouveau pari de Facebook

Le réseau social abandonne finalement LOL avant même son lancement. Des employés qui travaillaient dessus ont été informés du fait qu’ils allaient travailler à la place sur Messenger Kids. Cette application est un Messenger spécifiquement dédié aux jeunes de moins de 13 ans – qui ont du fait de leur âge l’interdiction de s’inscrire à Facebook.

Capture d’écran prise par TechCrunch // Source : TechCrunch

Pour l’entreprise, les jeunes utilisateurs sont une cible privilégiée (notamment parce qu’une telle audience est appréciée des publicitaires), mais difficile à séduire.

Fin janvier, Facebook a été critiquée pour avoir payé des utilisateurs, parmi lesquels des ados de seulement 13 ans, en l’échange de leurs données personnelles. Ces dernières étaient utilisées, assure l’entreprise, pour réaliser des études de marché. Selon le réseau social, ces révélations n’auraient aucun lien avec la mise à mort de LOL.

Facebook peine depuis plusieurs années à comprendre pourquoi les jeunes délaissent sa plateforme. Selon une étude de Médiamétrie datant de février 2018, les jeunes Français passeraient en moyenne plus de temps sur YouTube et Snapchat que sur Facebook.

À lire sur Numerama : Facebook est-il devenu drôle  ? Bienvenue chez les neurchis, ces machines à créer des mèmes

Partager sur les réseaux sociaux