Aaron Peskin, conseiller municipal, a demandé au procureur de San Francisco de se pencher sur le nom du plus grand hôpital de la ville. Celui-ci avait été renommé Zuckerberg suite à un don important.

Aaron Peskin en a assez de voir le nom de Mark Zuckerberg, le CEO de Facebook, sur la devanture du plus gros hôpital de San Francisco. Il a demandé à la ville de se pencher sur la question, a indiqué Business Insider le mercredi 28 novembre.

Un nom obtenu après une donation de 75 millions de dollars

Mark Zuckerberg et Priscillia Chan, sa femme pédiatre, ont donné 75 millions de dollars (65 millions d’euros environ) à l’hôpital en question en 2015. En l’échange de ce don, ils ont obtenu que l’établissement soit renommé Zuckerberg San Francisco General Hospital.

Mark Zuckerberg lors d’une conférence à San Francisco, en 2012. // Source : Photo by C Flanigan/WireImage

Pour Aaron Peskin, un élu qui siège au conseil de surveillance de la ville de San Francisco, ce nom n’a plus lieu d’être. Il explique qu’après les scandales qui ont entaché la réputation de Facebook, dont l’affaire Cambridge Analytica, le nom de Zuckerberg doit être retiré.

Le nouveau nom de l’hôpital avait déjà été critiqué. Business Insider raconte que certains ne comprenaient pas pourquoi les habitants de la ville avaient été consultés par le passé pour des décisions impliquant l’hôpital, et pourquoi cela n’avait pas été le cas concernant le changement de nom. Durant l’année 2018, des infirmiers et infirmières ont également protesté contre la mesure.

La CEO de l’hôpital défend le nom de son établissement

Aaron Peskin est le premier homme politique à se saisir véritablement du sujet. Il a demandé au procureur de la ville de «  préciser la procédure à suivre pour retirer le nom de Zuckerberg de l’hôpital général de San Francisco ». « Quel message cela renvoie-t-il lorsque nous sommes disposés à renommer nos services publics en l’échange d’une donation unique, alors que les entités à l’origine de ces dons ponctuels se dressent et s’opposent aux impôts les plus modestes qui – lorsqu’ils sont affectés à notre fonds général –, permettent en fait aux citoyens de San Francisco de savoir comment ces fonds sont utilisés », a-t-il ajouté après avoir évoqué Cambridge Analytica et des problèmes liés à l’antisémitisme sur Facebook dans son discours tenu le mardi 27 novembre.

Contacté par Business Insider et Numerama, Facebook ne s’est pas encore exprimé sur le sujet. Dans un communiqué transmis au média anglophone, Susan Ehrlich, la CEO de l’hôpital a défendu le nom actuel de son établissement, mais n’a pas indiqué clairement si elle consentirait à le changer.

Partager sur les réseaux sociaux