Snapchat France a présenté les 18 nouveaux « shows » qui sont lancés sur sa plateforme ce lundi 19 novembre. Pas de séries exclusives à l'horizon : il s'agira avant tout de contenus vidéo non-fictionnels déjà existants, reformatés pour Snapchat.

Snap Inc. a annoncé l’arrivée en France des « shows », ces nouveaux contenus qui apparaîtront dans la colonne Discover de l’application, ce lundi 19 novembre 2018. 13 médias français sont partenaires, parmi lesquels france•tv Slash, M6 (Golden News), Webedia, L’Olympique de Marseille, BFMTV ou encore le Figaro (à travers son offre MAD).

Les shows (« on n’a pas trouvé de nom français », assure Emmanuel Durand, DG de Snapchat France, au cours de la conférence de présentation) sont des courtes vidéos qui durent entre 3 et 5 minutes. Les premières vidéos visibles dans l’application ce 19 novembre suivent le même format : il y a une ou deux personnes dans le champ, qui discutent face caméra de thèmes d’actualité.

Capture des nouveaux shows sur Snapchat France

Quasiment pas de contenus exclusifs

Que trouve-t-on dans les shows de Snapchat ? Très peu de contenus exclusifs à la plateforme. Sur les 18 shows, seuls 2 seront fabriqués seulement pour l’app d’échange de photos et  vidéos — dont un de Melty, très investi sur ce canal de distribution.

Les autres seront seulement « reformatés » pour le canal Shows, dans l’espoir de toucher une audience plus jeune. Par exemple, france•tv Slash proposera le programme inspirant « la tête haute » où des personnes témoignent « d’histoires personnelles taboues liées au corps et/ou à l’esprit qui permettent de soulever un problème, dénoncer ou interpeller ». Ces contenus existent depuis le début de l’année 2018. De même, le programme Salade, Tomates, Rognons de Tastemade — dont le premier épisode vient d’être mis sur Snapchat aujourd’hui — existe déjà depuis deux saisons.

13 millions d’utilisateurs Français par jour

Selon Snap France, 13 millions de Français se connectent à l’application chaque jour, pour 30 minutes de connexion en moyenne. Parmi eux, 80 % auraient plus de 18 ans, affirme Emmanuel Durand.

Parmi les partenaires de Snap, on retrouve les incontournables Melty et Konbini, déjà bien présents dans l’onglet Discover avec leurs contenus présentés sous forme de diapo qui balaient des vastes sujets. Combien leur rapportent ces différents accords ? Les chiffres restent tabous. On ne saura pas non plus à quel pourcentage les éditeurs et Snap se partagent les revenus des nouveaux contenus estampillés « Shows » — les courtes vidéos sont entrecoupées de publicités.

Où est la fiction ?

Alors qu’aux États-Unis, Snap a dévoilé le mois dernier une douzaine de contenus de fiction 100 % exclusives à sa plateforme, la France commencera plus petit. «  Il n’y a pas de fiction à ce stade la réflexion », nous répond Emmanuel Durand. Paradoxalement, l’équipe française a mis en avant le programme Endless Summer, une télé réalité US tournée exclusivement pour la plateforme outre Atlantique, dans sa présentation du 19 novembre pour l’arrivée des shows en France.

Tandis que la bataille de la vidéo en ligne des géants américains (Disney, Amazon, Facebook, YouTube, Netflix) se joue actuellement sur le terrain des contenus exclusifs, Snapchat semble donc commencer (très) doucement en France. Les éditeurs français sélectionnés, de leurs côtés, apprécient évidemment l’opportunité de toucher un public différent des autres plateformes. Mais pour les spectateurs et spectatrices, les propositions risqueront de paraître redondantes : on reste sur des contenus — visibles ailleurs — préparés par les mêmes groupes.

D’après Snapchat France, les « 21 émissions Discover » qui existent actuellement ont « attiré un auditoire actif mensuel de plus de 10 millions de spectateurs » au troisième trimestre de 2018 dans le monde. Contacté, Snapchat explique que ce nombre concerne uniquement les shows et non l’audience de Discover.

Cet article a été mis à jour pour apporter une précision concernant l’audience des 10 millions de spectateurs mensuels des shows dans le monde.

Partager sur les réseaux sociaux