Avec son Fast SSD, Seagate propose une solution de stockage rapide compacte et adaptée aux interfaces USB-C.

En 2015, quand Apple a officialisé le MacBook doté d’un écran 12 pouces, les observateurs n’ont pas compris pourquoi les ingénieurs avaient rassemblé tous les ports utilitaires — USB, MicroSD — en un seul USB-C. À l’époque, cette position avant-gardiste de la firme de Cupertino s’était transformée en obligation de passer par un dongle optionnel si on voulait continuer à utiliser ses accessoires habituels. À l’époque, donc, le monde de la tech n’était pas encore prêt.

Trois ans plus tard, la donne a changé. Aujourd’hui, les ports USB-C pullulent et constructeurs comme consommateurs ont compris les bénéfices qu’ils pouvaient en tirer. Un seul exemple : il suffit de relier un MacBook Pro à un moniteur adhoc via un unique câble USB-C pour profiter d’un deuxième écran et de l’alimentation. Tout cela pour dire que nous avons plus que jamais besoin de produits d’obédience USB-C. C’est justement le cas du disque dur Fast SSD de chez Seagate.

Seagate Fast SSD // Source : Seagate

Un disque dur dans la poche

La première impression, toujours visuelle, est parfois la bonne. Sur ce critère, le Fast SSD fait office de piqûre de rappel. Dans les faits, on n’a pas besoin qu’un disque dur externe soit joli. On veut qu’il soit le plus compact possible afin de pouvoir le glisser n’importe où, dans un sac voire dans une poche.  Les mensurations de l’objet parlent d’elles-mêmes : 7,9 x 9,4 x 0,9 cm pour 82 grammes.

Un taux de transfert apte à atteindre les 540 Mo/s

À cette taille, contenue et ce poids léger, s’ajoute une finition qui mêle le plastique granuleux tout ce qu’il faut à l’aluminium brossé et ferait presque avouer que le Fast SSD est… joli. Dans tous les cas, il paraît robuste — on ne le fera pas tomber pour autant — et ses bords arrondis n’agresseront jamais les mains.

Disponible en quatre version (256 Go, 512 Go, 1 To et 2 To), le disque dur est livré avec un câble USB-C vers USB-C et un câble USB-C vers USB mesurant tous les deux 45 centimètres. En d’autres termes, Seagate n’a voulu enfermer personne dans une norme et vous pouvez très bien acheter le Fast SSD aujourd’hui sans être propriétaire d’un PC équipé d’un port USB-C.

Seagate Fast SSD // Source : Seagate

Rapide comme… du SSD

Le Fast SSD ne trahit pas son nom ni sa technologie. Il offre bel et bien une solution ultra rapide qui promet un taux de transfert apte à atteindre les 540 Mo/s. En pratique, on a testé avec un dossier d’un peu plus de 3 Go contenant photos et vidéos : il a fallu un peu plus de 20 secondes pour qu’il se retrouve sur le disque dur et moitié moins pour qu’il fasse le chemin inverse. Rapide et efficace.

Durant le transfert, pardonnez-lui en revanche sa tendance à vite monter en température — d’autant qu’il ne vous brûlera pas les doigts en cas de contact.

Par ailleurs, le Fast SSD est vendu avec un logiciel de mise en miroir (baptisé Toolkit), lequel offre la possibilité de synchroniser ses données en prenant en compte les modifications apportées. Par exemple, si vous supprimez un fichier sur votre PC ou le disque dur externe alors il sera également retiré de l’autre appareil. Une fonctionnalité que l’on peut bien entendu désactiver si on a peur de faire une gaffe.

À partir de 170 €. Nous ne l’avons pas encore trouvé en France.

En bref

Disque dur externe Seagate Fast SSD

Note indicative : 5/5

Rapide, compact et proposé en suffisamment de versions pour y trouver son compte, le Fast SSD de Seagate est l'allié parfait des PC déjà équipés d'un port USB-C (au hasard, des MacBook). 

Tellement petit qu'il peut se glisser dans une poche, le Fast SSD peut accueillir jusqu'à 2 To de vos fichiers pour mieux les transporter et les transférer en deux temps trois mouvements. Et il dispose toujours d'un câble USB-A au cas où vous auriez encore un peu peur de l'avenir. 

Top

  • Les mensurations
  • Rapidité d'exécution
  • USB-C

Bof

  • Une légère tendance à la chauffe
  • Gare à ne pas l'oublier !
  • Pas dispo en France... pour l'instant

Partager sur les réseaux sociaux