Google a établi les règles en matière d'encoche(s) sur les téléphones. Jusqu'à deux, tout va bien.

À une époque où les téléphones tendent vers des écrans de plus en plus bord à bord, les encoches, popularisées par l’iPhone X, sont reines. Ce qui ne veut pas dire : appréciées. Dans un article daté du 30 juillet 2018 et publié sur le blog destiné aux développeurs, Google a tenu à rassurer ces derniers en établissant des règles pour les appareils qui seront compatibles avec Android P (mise à jour intégrant l’encoche de manière logicielle).

Dans sa note, le géant de la tech affirmer travailler avec les partenaires pour imposer des pré-requis, dont certains ne manqueront pas de prêter à sourire. Ainsi, les écrans avec plus de deux encoches ( !) sont à proscrire. Et si les téléphones pourront en avoir une en bas et une haut, ils ne devront pas en avoir sur les côtés ( ! !). On rappellera que lesdites règles n’empêcheront pas certaines sociétés de pondre des appareils avec de telles caractéristiques saugrenues.

Téléphones Android à encoche // Source : Google

Un casse-tête

Avec 16 téléphones à encoche imaginés par 11 constructeurs différents, Google fait quand même face à un joli casse-tête, là où Apple n’a que l’iPhone X pour enquiquiner les développeurs (ils sont obligés de prendre en compte le design du téléphone depuis quelques mois). Ce qui n’interdit pas à Google d’affirmer : «  La bonne nouvelle est que, dans la majorité des cas, votre application fonctionnera comme prévu, même sur un téléphone avec encoche. » 

En résumé, les développeurs ont deux choix : soit l’encoche sera fondue dans une bande noire, soit ils doivent adapter l’image à la présence de cette encoche. Cette solution est vantée comme plus « immersive » et adaptée à des applications spécifiques (jeux, navigation).

Sur Android Oreo, la gestion de l’encoche reste à la discrétion du constructeur, qui peut proposer différents modes d’affichage en fonction des préférences de chacun.

Partager sur les réseaux sociaux