Dava Khosrowshahi s'est rendu à l'École Polytechnique le 24 mai. L'entreprise de VTC officialise en effet une collaboration avec l'école d'ingénieurs, pour ouvrir une chaire de recherche qui devrait notamment travailler sur le transport aérien.

Un jour après avoir été accueilli par Emmanuel Macron lors du sommet Tech for Good, le CEO d’Uber Dara Khosrowshahi a fait une apparition remarquée à l’École Polytechnique. Le 24 mai 2018, le dirigeant qui a eu la tâche de succéder à Travis Kalanick à la tête de la startup est venu faire une annonce au sein de l’école d’ingénieurs — aussi connue sous le nom de « X ».

L’entreprise de VTC avait déjà profité de la présence de son CEO en France pour annoncer l’ouverture prochaine d’un centre de technologies avancées (ATCP) à Paris, dont les recherches porteront sur la technologie des voitures volantes.

Integrated Urban Mobility

Désormais, Uber a également officialisé son partenariat avec l’École Polytechnique, consistant en la création d’une chaire internationale d’enseignement et de recherche. Baptisée « Integrated Urban Mobility », cette chaire académique doit permettre aux chercheurs du laboratoire de l’X de collaborer avec l’ATCP sur des projets en matière de transports.

Olivier de Lacaze

Devant une assemblée de 700 étudiants, réunis dans le célèbre amphithéâtre Poincaré de l’établissement, Dara Khosrowshahi a répondu aux interrogations de plusieurs élèves. Évoquant sa conception du management au sein d’Uber, le CEO n’a pas fait de déclarations supplémentaires sur la collaboration entre la startup et l’école.

La date à laquelle ce partenariat commencera officiellement est donc encore mystérieuse. Sur place, les représentants d’Uber se contentent d’évoquer l’échéance à laquelle le centre de technologies avancées doit ouvrir, soit « à l’automne » prochain.

« Des solutions innovantes de transport dans l’espace aérien »

Dans un communiqué, la startup a cependant précisé les champs d’expertise de cette chaire : les premiers projets devraient concerner « la modélisation de la demande en transport basée sur le machine learning  » et permettront de concevoir des « simulations de gestion de trafic aérien dense en basse altitude  ». La chaire devrait également travailler sur «  l’intégration de solutions innovantes de transport dans l’espace aérien. »

Uber et l’École Polytechnique collaborent ainsi à travers un processus dont le monde de l’enseignement et la sphère professionnelle sont déjà familiers. En 2015, nos confrères du Monde soulignaient que les chaires sont une pratique particulièrement prisée au sein des écoles d’ingénieurs.

Le dispositif permet ainsi aux entreprises de mener des recherches sur des questions précises, souvent des thèmes émergents, et d’ouvrir potentiellement leurs recrutements aux étudiants de l’établissement concerné.

Olivier de Lacaze

Partager sur les réseaux sociaux