Faisant face à un recours collectif, pratique très prisée aux États-Unis, Tesla va devoir sortir le porte-monnaie pour contenter ceux qui se plaignent de promesses non tenues par rapport aux fonctionnalités de l'Autopilote.

Comme si Tesla ne payait pas déjà assez pour ses retards (notamment concernant la production de la Model 3), le constructeur américain va sans doute devoir offrir une compensation à certains clients mécontents — et impatients. Effectivement, plusieurs utilisateurs se sont réunis derrière un recours collectif (class action) pour se plaindre du retard pris par certaines mises à jour de l’Autopilote 2.0, sachant qu’ils avaient pris l’option Autopilote Amélioré pour bénéficier de certaines fonctionnalités supplémentaires.

Si l’action en justice est validée, Tesla devra payer entre 20 et 280 dollars aux concernés, soit des personnes ayant acheté ou loué une voiture entre octobre 2016 et septembre 2017 avec ladite option facturée aujourd’hui 7 700 dollars (5 000 dollars auparavant).

Des clients mécontents

Tesla se heurte donc à la frustration de celles et ceux qui ont payé plus cher pour bénéficier d’un Autopilote meilleur. Le fait est que la firme a d’abord vendu le hardware de seconde génération (des capteurs plus performants) — à partir d’octobre 2016 — avant d’ajuster le software avec les nouveautés promises — avec du retard. Face à ce calendrier incertain, la déception a grimpé dans les rangs des clients, lesquels n’ont pas manqué de faire valoir leurs droits.

Dans la plainte, obtenue par Electrek, on peut lire, « En vendant des véhicules avec des caractéristiques de sécurité standard inopérantes et des fonctionnalités Autopilote Amélioré et Conduite Autonome inopérantes, Tesla a escroqué ses clients et s’est engagé dans une concurrence déloyale. Les clients n’en ont pas eu pour leur argent — ils ont payé des milliers de dollars pour des produits qu’ils n’ont pas reçus  ». Ou plutôt, pas reçus à temps. 

Après une étape de médiation, sachant que les plaignants réclamaient un remboursement intégral des options, les différentes parties sont tombées d’accord sur des compensations assez dérisoires — de 20 à 280 dollars –, plus symboliques qu’autre chose. Mais qui pourraient quand même coûter plus de cinq millions de dollars au total à Tesla. Dans les colonnes d’Electrek, le constructeur a fait amende honorable en assumant que les mises à jour prenaient plus de temps que prévu. Il s’engage par ailleurs à rétribuer tous les clients du monde entier alors que le verdict ne concerne que les personnes résidant aux États-Unis. Et que rien ne l’y oblige.

Partager sur les réseaux sociaux