L'application Waze, qui permet de suivre un trajet en voiture et d'avoir des indications sur le trafic en temps réel, peut dorénavant tenir compte des pics de pollution si l'automobiliste indique sa vignette Crit'Air.

Si vous êtes un automobiliste circulant régulièrement à Paris, la vignette Crit’Air n’a sans doute aucun secret pour vous. Pour les autres, sachez qu’il s’agit d’un autocollant qui sert à classer les véhicules en fonction de leurs émissions polluantes. Six certificats existent et l’initiative s’est depuis étendue à d’autres agglomérations : Grenoble, Lille, Lyon et Villeurbanne, et bientôt à Rennes et Strasbourg.

Avec ce dispositif, il est possible d’organiser la circulation des véhicules en cas de pic de pollution, en autorisant les véhicules qui émettent le moins à rouler, tandis que les autres sont priés de rester au garage. Les pouvoirs publics veulent ainsi favoriser les moyens de transport les moins polluants et, pour les personnes qui n’en ont pas, de privilégier alors les transports en commun.

Waze Crit'Air

Waze intègre Crit’Air

C’est ce label que Waze prend désormais en compte : l’application de navigation par GPS, qui appartient à Google, veut que sa communauté puisse « anticiper les restrictions Crit’Air  » en renseignant quel certificat est utilisé sur sa voiture. De cette façon, estime la société, il est possible de «  contribuer à éviter une congestion du trafic » en informant l’automobiliste

« Waze identifie et alerte les utilisateurs à l’approche d’une zone restreinte, qu’elle soit permanente ou dynamique », indique l’entreprise. L’application peut alors proposer un itinéraire alternatif, qui évite les zones de restriction Crit’Air. Elle peut aussi, la veille d’un trajet traversant une zone Crit’Air pendant un pic de pollution, notifier l’utilisateur pour qu’il prenne d’éventuelles dispositions.

Partager sur les réseaux sociaux