En 2018, Signal prend son envol. La messagerie qui sécurise vos communications devient une fondation, financée à hauteur de 50 millions de dollars par le créateur de WhatsApp.

Signal est un projet que vous connaissez. Si vous ne le connaissez pas et que vous avez un smartphone sous Android, vous devriez aller tout de suite sur le Google Play et remplacer la messagerie par défaut de votre téléphone par Signal. L’application, recommandée notamment par Edward Snowden, est une messagerie qui va chiffrer, quand elle le peut, toutes vos communications. Vous n’avez rien à faire, elle s’occupe de tout et le fait en toute transparence.

Ce projet salvateur et plébiscité a été développé par une équipe de trois personnes — dans ses grandes heures, l’effectif est monté à 7. On est loin des centaines de personnes qui peuvent travailler sur des projets d’applications dans des entreprises plus grandes. Utilisée par des millions de personnes, Signal avait besoin d’un coup de main pour prendre son envol. Aujourd’hui, on apprend que Brian Acton, créateur de WhatsApp, qui a vendu son bébé à Facebook avant de quitter l’entreprise, a mis la main au portefeuille et a investi 50 millions de dollars dans Signal.

Dans une publication sur le blog de l’entreprise, Moxie Marlinspike, fondateur de Signal, affirme que M. Acton est désormais libre de tout contrat et peut investir dans des entreprises qui correspondent à ses idéaux. Et avec 50 millions de dollars, quand on est 3 et qu’on a déjà des millions d’utilisateurs, on peut aller loin. C’est précisément ce que compte faire Signal.

Ces 50 millions de dollars seront en effet versés non pas à l’entreprise mais à la Signal Foundation nouvellement créée. Ce nouvel organe sera piloté par Marlinspike et Acton. La fondation aura pour mission d’évangéliser sur les bienfaits de Signal et du chiffrement des communications, de recruter une équipe de développeurs pour enrichir l’application et surtout, de donner à Signal un confortable filet qui l’empêchera de tomber dans le précipice de la faillite avant que l’application ait réfléchi à un début de rentabilité. En tant que fondation au sens américain, Signal pourra ainsi recevoir des dons et continuer à servir l’intérêt du public sans se compromettre.

L’application Signal, elle, reste éditée comme à ses débuts par une entreprise à but non lucratif.

Partager sur les réseaux sociaux