Depuis juillet 2016, le projet des sans pagEs contribue à féminiser Wikipedia. Sur les pages francophones de l'encyclopédie, ses contributrices et contributeurs rédigent des biographies de femmes.

En 2016, on dénombrait 450 000 biographies consacrées à des figures masculines sur Wikipédia. Du côté des femmes, ce nombre tombait à 75 000. Pour rétablir l’équilibre, et faire connaître davantage de modèles féminins, différents projets voient le jour. Certains sont ponctuels, prenant par exemple la forme d’éditathons. D’autres initiatives s’enracinent dans le temps, à l’instar du projet des sans pagEs qui, depuis deux ans, ont écrit et actualisé plusieurs centaines de biographies de femmes sur l’encyclopédie en ligne.

Natacha Rault, chargée de projet au Bureau de l’égalité de l’Université de Genève, est à l’origine de l’initiative. Elle nous renvoie en 2011, pour expliquer la genèse du projet sur le versant francophone de Wikipédia.

Les sans pagEs s’inspirent du projet anglophone Women in Red

« Le New York Times a publié un article qui expliquait qu’il y a peu de femmes qui contribuent à Wikipédia. Une enquête, menée par la Wikimédia Fondation [ndlr : l’association qui promeut l’encyclopédie, sans pour autant se confondre avec elle], faisait observer que moins de 15 % des contributeurs sont des contributrices », se souvient-elle. Cette proportion peut en partie expliquer le nombre réduit de biographies de femmes, ou d’articles sur des sujets considérés comme « féminins ».

« L’article portrait sur le Wikipédia anglophone, poursuit Natacha Rault, ce qui m’a amené à me poser la question de sa version francophone. Le projet Women in Red a été une inspiration pour lancer les sans pagEs, en juillet 2016. Cela a commencé avec une poignée d’articles. Aujourd’hui, entre 100 et 200 sont publiés par nos contributrices et contributeurs chaque mois. »

16 % de biographies féminines en français

Notre interlocutrice fait observer que les pages françaises de Wikipedia ne sont pas les meilleures élèves en matière de parité dans les biographies. « Quand on regarde le top 40 des versions linguistiques de Wikipédia, en fonction du nombre de biographies féminines, on s’aperçoit que même les meilleures sont autour de 20 %, avec 26 % pour la version en azéri », détaille Natacha Rault. À titre de comparaison, le Wikipédia francophone compte 16,7 % de biographies de femmes (88 378 biographies sur un total de 529 189).

Pour « combler le fossé des genres » ainsi creusé sur Wikipédia, les sans pagEs invitent les contributrices et contributeurs qui le souhaitent à se joindre à la liste des participantEs — qui regroupe aujourd’hui 134 personnes. Même si le projet n’est pas présenté comme une forme de militantisme féministe, certaines contributrices et contributeurs s’y reconnaissent par ailleurs.

Comme souvent lorsque l’histoire s’intéresse aux parcours de femmes, la difficulté principale réside dans les sources. « Si elles ont déjà un biais de genre, c’est également compliqué pour nous de les éviter, observe Natacha Rault. Les journalistes écrivent aussi moins souvent des articles sur des femmes notoires. On retrouve aussi des biais de genre dans les médias, comme une tendance à se focaliser sur la relation maritale des femmes. »

CC Nattes à chat

Moins médiatisées que les hommes

Si les biographies de femmes sont moins riches en sources, il faut également y chercher une explication dans les comportements sociaux. « Ce sont aussi ces femmes, elles-mêmes, qui accordent moins de temps à leur médiatisation que les hommes », complète Natacha Rault. Les normes associées au féminin incitent probablement moins les femmes à mettre en avant leurs travaux.

Parmi les exemples de contributions auxquelles les sans pagEs ont pris part sur Wikipédia, se trouve notamment une discussion sur le fait de savoir s’il fallait présenter Theresa May comme premier ou première ministre du Royaume-Uni. Le débat a finalement été tranché en faveur de la deuxième option.

Les sans pagEs ont argumenté en faveur du « Première ministre » dans la bio de Theresa May

Outre l’ajout régulier de nouveaux articles sur Wikipédia, relayés sur le compte Twitter des sans pagEs, le projet réunit également régulièrement ses « pagistes » lors d’événements : des wikipermanences, lors desquelles les personnes présentes contribuent sur l’encyclopédie, ainsi que des editathons plus ponctuels — une édition consacrée aux femmes scientifiques sera ainsi organisée à Montpellier le 17 mars 2018.

Bien que la parité ne soit pas encore atteinte sur l’encyclopédie en ligne, Natacha Rault se réjouit du chemin parcouru : « On reproche souvent à Wikipédia d’être sexiste. Pourtant je ne connais pas d’autre plateforme sur laquelle on aurait pu arriver à un tel résultat en deux ans », conclut-elle.

Partager sur les réseaux sociaux