Alors que les Jeux olympiques d'hiver à Pyeongchang s'ouvrent, l'agence en charge de la cyberdéfense française rappelle l'existence de ses guides listant les bonnes pratiques à suivre en matière de numérique lorsque l'on se déplace à l'étranger. Des conseils que les touristes et les sportifs sont invités à consulter.

Le jour J approche pour les athlètes du monde entier : les Jeux olympiques d’hiver de 2018 vont en effet commencer demain, vendredi 9 février, à Pyeongchang, en Corée du Sud, dans le Nord-Est du pays. Ils se dérouleront jusqu’au 25 février et seront suivis quelques semaines plus tard par les Jeux paralympiques d’hiver, programmés entre le 9 et le 18 mars.

Certains parmi vous suivront sans doute avec assiduité les compétitions devant la TV, si les horaires ne sont pas trop compliqués — il y a un décalage important entre la France et la Corée du Sud, de 8 heures, aussi certaines épreuves seront retransmises en pleine nuit. Mais peut-être que d’autres auront la chance d’assister aux rencontres directement sur place.

Les bons conseils de l’Anssi

Si c’est le cas, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) a mis à disposition des documents très utiles pour garder une bonne hygiène informatique même à l’étranger. Car les touristes et les sportifs sont eux aussi ultra-connectés et sont exposés aux mêmes risques que le tout-venant. Aussi, se rafraichir la mémoire en parcourant les guides de l’agence ne peut être qu’une bonne idée.

Les documents s’adressent à tous : des autorités françaises aux supporteurs, en passant par les délégations sportives et les sponsors. Il s’agit de « les sensibiliser » aux bonnes pratiques indispensables et ainsi « ne pas se trouver démunis » face à ces menaces, écrit le service qui fait autorité dans ce domaine et qui a la charge du volet civil de la cyberdéfense française.

affiche-anssi

Sensibiliser les touristes

Deux documents sont proposés :

Le premier est un résumé général en douze points des bonnes pratiques à suivre (choix des mots de passe, prudence lors des téléchargements, niveaux de privilèges, séparation entre les usages privés et professionnels, paiements en ligne, mises à jour, sauvegarde, etc) pour limiter l’exposition à certaines menaces. Évitez de brancher n’importe quelle clé USB à votre PC, par exemple !

Le second est plus dense puisqu’il compte 36 pages pour expliquer dans le détail ce que ça implique de Partir à l’étranger avec son téléphone, sa tablette ou son ordinateur portable. En effet, ces terminaux peuvent être connectés à des comptes professionnels et privés ou héberger des données sensibles. Sa lecture est longue mais vu le temps de vol pour aller en Corée du Sud, ça vous fera une occupation utile !

Partager sur les réseaux sociaux