Numerama a allumé sa télé pour regarder « Quotidien » ce mercredi soir. Entre deux fausses infos, des assertions délirantes, des conseils dangereux et beaucoup de n'importe quoi sur les iPhone, nous avons souffert.

Mercredi soir, Twitter s’affole sur nos écrans, la zinzin alerte sonne le glas : une émission grand public vient de lâcher le mot « obsolescence programmée  ». Chez Numerama, notre sang ne fait qu’un tour : nous allons allumer notre télé pour regarder autre chose qu’un programme en SVoD.

Sans perdre de temps, nous prenons notre télécommande. Nous voilà devant une chaîne de la TNT du Groupe TF1 pour regarder Quotidien — un talk dont nous avions un bon souvenir et avec lequel nous avions pu parler, quand il s’appelait encore Le Petit Journal, de censure du web au Maghreb, le 20 juin 2016. « Mais là, c’est le drame  », comme le veut la formule consacrée des télés.

Nous retrouvons donc sur un plateau tout en couleurs M. Samuel Sauvage — que nous avions croisé chez Europe 1 pour parler d’Apple — accompagné de Laetitia Vasseur, face à la rédaction de l’émission. Ici, les deux militants — présentés comme «  ces français qui veulent faire tomber Apple », rien que ça — sont invités par le talk pour parler de la plainte contre Cupertino.

Et toi, t’as l’impression ?

Toutefois, dans notre souvenir encore brumeux d’Europe 1, leur association (Halte à l’obsolescence programmée) tient un discours non sans intérêt mais peu précis, voire loufoque sur l’obsolescence programmée.

Et contrairement à la radio, Quotidien n’a visiblement pas pris la peine de poser en face de nos deux militants une personne qualifiée pour répondre sur la technique. Alors sans surprise, dans cette configuration où les jeunes militants ont un boulevard devant eux, avec M. Barthès opinant, les propos tenus virent au n’importe quoi assez rapidement.

« la marque a la pomme ne doit pas devenir à la marque à la carotte » (et pan)

Sans attendre, le discours de nos militants commence donc ainsi : « On a porté plainte contre Apple car nous avons l’impression qu’ils ralentissent les téléphones pour nous en faire acheter des nouveaux  ». Jusque-là, pourquoi pas. Après tout, moi aussi j’ai l’impression que les feux rouges durent toujours plus longtemps lorsque je veux traverser le boulevard Magenta, la mairie de Paris conspire sûrement contre moi. Tant que nous sommes dans l’impression, tout est possible et la Terre est plate.

CC. Pexels

Seulement, les militants n’ont pas que des impressions, ils ont aussi des certitudes que le présentateur et la journaliste laissent visiblement passer sans contradiction. Après leur bon mot — « la marque à la pomme ne doit pas devenir la marque à la carotte  » (et pan) — les militants enchaînent : « Les batteries des iPhones sont inamovibles  ». Conséquence, « on ne peut pas les changer  ». Étonnamment, Yann Barthès soulignait à peine quelques minutes avant qu’Apple avait décidé de changer ces mêmes batteries pour « 29 balles !  ». Je ne comprends plus rien, on peut ou on ne peut pas ? J’imagine que c’est en rapport avec la carotte. Poursuivons.

De la chimie à l’apéro télé

Nous apprenons maintenant qu’avec iOS « les mises à jour ralentissent les téléphones ». Ah, quand même, c’est du lourd.

Source ? Le vieux graphique de Google Trends qui montre qu’à chaque sortie d’iPhone, les internautes plébiscitent la recherche « iPhone lent  ». Un graphique que l’on pensait suffisamment débunké depuis longtemps… Mais Samuel Sauvage nous explique que les débunks étaient grossiers (conspiration ?) et qu’en fait, les internautes ne veulent pas de nouveaux téléphones, ils sont trompés, manipulés, volés !

Même si aucune mise à jour n’est lancée le jour de la présentation d’un nouvel iPhone ? La question n’est évidemment pas posée, à l’évidence, chez Apple, ils sont si forts qu’ils ont un gros bouton « ralentir tous les téléphones du monde  » et paf !

Petite bobine de la journaliste de Quotidien dans un Apple Store. On s’endort, seulement réveillé par nos deux pourfendeurs de l’obsolescence programmée lorsqu’ils ajoutent que dans l’affaire qui fait leur célébrité, oui vous savez les batteries, et bien, à cause de celle-ci « le téléphone n’est plus utilisable ».

Alors reprenons, encore une fois, lorsque Cupertino ralentit les performances des processeurs pour préserver des batteries en fin de vie, a priori cela rallonge légèrement la durée de vie du téléphone en question, et évite justement que ce dernier ne s’arrête inopinément. Ce qui est bien souvent le cas avec de vieilles batteries, notamment lors de changement de température brutaux (à cause des processeurs véloces des modèles qui suivent l’iPhone 5), tout cela n’est que chimie. À moins que ce ne soit conspiration ?

On nous cache tout, on nous dit rien

Sur le plateau, personne ne croit à la chimie visiblement parce qu’en fait, Apple a tout prévu. Et oui : on ne peut pas changer les batteries (faux), Apple ralentit le téléphone quand elles sont trop vieilles (partiellement vrai) et bim, ça tombe toujours lorsque Cupertino présente un nouveau modèle (faux). Ah ça y est, j’ai compris « la marque à la carotte  ».

Personne dans le public pour se lever et rappeler que c’est un mélange peu digeste de vraies informations et de vrais délires ? Non, personne. La séquence va se terminer, mais pile avant la fin, le bouquet final de nos militants est encore à venir.

Le présentateur demande pour conclure : « Est-ce qu’il faut mettre à jour les iPhones ? ». Bah enfin Yann, vous n’avez rien suivi ou quoi ? Les mises à jour sont une invention du capitalisme pour nous faire acheter l’iPhone X ! Il paraît même que lorsqu’un constructeur ne met pas à jour ses modèles, c’est pour prolonger leur durée de vie…

Vous croyez que nous exagérons ? Non ! Malicieuse, Laetitia Vasseur glisse, comme si elle était en position de conseiller quoi que ce soit quant à la technologie après un tel bullshit, « on ne vous le conseille pas trop…  » Malin.

Vous avez bien entendu là bas au fond ? En pleine faille Meltdown et Spectre, alors que les mises à jour sont avant tout là pour la sécurité (la vôtre, mais également la nôtre), ne les faites surtout pas !

Pour comprendre l’intérêt réel d’une mise à jour de sécurité, expliquons : lorsqu’une faille est découverte dans le logiciel, le constructeur en prend connaissance et modifie le code pour résorber la dite faille. Ensuite, la mise à jour vient garantir qu’elle ne sera plus exploitable car résolue. Sans mise à jour, la dite faille, est toujours présente dans le téléphone. Ajoutons qu’Apple, dans sa prochaine mise à jour, va en outre (enfin) expliquer le fonctionnement de sa préservation des batteries. Mais ne faites surtout pas cette mise à jour…

Visiblement sur TF1, on a davantage peur de devoir acheter un nouveau téléphone que de se faire pirater des données.

Carotte à l’antenne

Page de pub. Ça suffit pour aujourd’hui, nous éteignons le poste, perplexe. Nous n’avons pas envie de défendre Apple qui a tendu le bâton (la carotte ;-))) ) pour se faire battre en ne communiquant pas aux utilisateurs son processus de sauvegarde des batteries.

Puis, en agissant comme un voleur repenti, Cupertino aggrave son cas. En outre, Apple est bien une société qui s’inscrit dans une économie non durable, pas de scoop ici : elle a beau utiliser de l’énergie renouvelable, son modèle économique dépend encore largement de la vente, répétée, de produits. Quitte à tuer l’environnement, Greenpeace le rappelle chaque année.

Ce n’est pas l’attitude d’un sauveur de planète, certes, mais pas non plus celle d’un conspirateur

Et donc nécessairement, elle fait ce qu’elle peut pour nous vendre de nouveaux téléphones, même lorsque ce n’est pas nécessaire. Mais même à ce titre, difficile de penser qu’elle serait dans la conspiration, notamment parce qu’elle met plutôt bien à jour sa flotte d’appareils avec les nouvelles versions de son OS. Là où Samsung et de nombreux autres peuvent abandonner un appareil au bout d’un an et demi. Ou encore car elle conserve les prix de ses smartphones, même anciens, relativement fixes, organisant ainsi une revente simple de téléphones qui peuvent avoir plus de deux ans. Quitte à le faire par son propre refurb. Ce n’est pas l’attitude d’un sauveur de planète, certes, mais pas non plus celle d’un conspirateur.

À moins qu’Apple ne poursuive les mises à jour de vieux modèles pour mieux les ralentir ? Qu’elle organise la vente des iPhones 6 pour mieux les ralentir ? C’était donc ça ! On rend l’antenne.

Partager sur les réseaux sociaux