Apple pourrait renforcer les fonctionnalités liées à la santé, un secteur sur lequel la firme de Cupertino se montre très active. Cela passerait notamment par l'intégration d'un électrocardiographe sur ses futures montres connectées.

Apple se prend à rêver d’une Apple Watch qui pourrait sauver des vies. Aujourd’hui, la montre connectée est capable d’indiquer en temps réel votre rythme cardiaque et de vous alerter en cas de pic jugé anormalement élevé dans une période dite de repos. Mais la firme de Cupertino serait susceptible d’aller encore plus loin à en croire les informations fournies par Bloomberg. Les sources de nos confrères indiquent que le géant américain songerait à installer un capteur cardiaque EKG — un électrocardiographe — dans ses futurs modèles plutôt que de s’en remettre à des bracelets développés par des tiers (comme celui d’AliveCor).

Un cardiologue sur le poignet

Avec un électrocardiographe, l’Apple Watch serait en mesure d’enregistrer les courants électriques accompagnant les contractions du cœur, donc de fournir un outil de diagnostic supplémentaire visant à mettre le doigt sur des anomalies pouvant aboutir à des maladies cardiaques ou des attaques. Toutefois, le prototype actuel demanderait à l’utilisateur de presser le cadre de la montre avec deux doigts, là où le cardiofréquencemètre actuellement intégré ne demande aucun effort. On peut déjà y voir une forme de limite puisque l’utilisateur devra lui-même être préventif. On y voit surtout un moyen pour Apple d’appuyer son application Apple Heart Study, lancée en partenariat avec l’école de médecine de Stanford et étudiant les rythmes cardiaques irréguliers.

«  Je peux voir un rôle pour les EKG portables en tant qu’outil complémentaire pour diagnostiquer des arythmies par rapport à ce qui existe déjà  » souligne Ethan Weiss, cardiologue à l’Université de Californie. Une manière d’affirmer que l’Apple Watch peut bel et bien devenir un formidable outil de santé en matière de surveillance, mais en aucun cas un médecin à proprement parler.

Partager sur les réseaux sociaux