Moins d'un mois après avoir été épinglé pour son ciblage publicitaire selon des critères discriminatoires illégaux, Facebook fait de nouveau l'objet d'une enquête de ProPublica. Accusé de permettre à certains recruteurs de proposer leurs offres d'emploi exclusivement à certaines tranches d'âge, le réseau social conteste la nature discriminatoire de cette pratique.

ProPublica épingle à nouveau les pratiques jugées discriminatoires de Facebook en matière de ciblage publicitaire. Quelques semaines seulement après avoir révélé que le réseau social continuait d’offrir la possibilité d’exclure des utilisateurs des annonces de logement, d’emploi ou de crédit en fonction (notamment) de leur ethnie, le média, en collaboration avec le New York Times, dénonce une discrimination par âge.

ProPublica cite ainsi l’exemple de plusieurs recruteurs qui publient des annonces visibles seulement par une certaine tranche d’âge — comme les 25-36 ans. Parmi les entreprises qui recourent à ces pratiques, on trouve des géants américains comme l’opérateur Verizon, ou encore Amazon et Facebook lui-même.

Mais si Facebook avait plutôt fait acte de contrition lors des précédentes révélations — en suspendant notamment son système de ciblage publicitaire –, cette fois-ci, le réseau social a décidé d’adopter une posture bien plus agressive vis-à-vis de ProPublica, en contestant formellement la nature discriminatoire de ces pratiques.

La capture d’une publicité ciblée de Verizon (ProPublica)

« Cette pratique n’est pas forcément discriminatoire »

Rob Goldman, vice-président de Facebook en charge des publicités, affirme ainsi : «  La loi américaine interdit la discrimination à l’embauche fondée sur l’âge, l’ethnie, le sexe et d’autres caractéristiques légalement protégées. Cela dit, se contenter de montrer certaines offres d’emploi à des groupes d’âge différents sur des plateformes comme Facebook ou Google n’est pas forcément discriminatoire en l’état — de la même manière qu’il est possible de mettre en avant des offres d’emploi dans des magazines et des émissions TV qui ciblent des personnes plus jeunes ou plus âgées. »

Facebook souligne également que certains recruteurs cherchent des personnes bien spécifiques, parfois pour des postes soumis à des « restrictions d’âge, comme l’armée ou les pilotes d’avion ».

Mais pour Debra Katz, une avocate de Washington spécialiste du sujet, interviewée par ProPublica, la nature de ce ciblage ne fait aucun doute : « C’est clairement illégal. » Facebook fait en tout cas l’objet d’une poursuite judiciaire pour cette pratique, alors qu’Amazon, a, de son côté, livré un mea culpa : « Nous avons analysé nos offres d’emploi sur Facebook et découvert que certaines reposaient sur un ciblage [entre 10 et 50 ans uniquement] en contradiction avec notre recherche de candidats de 18 ans et plus. Nous avons modifié ces annonces. »

Partager sur les réseaux sociaux