La mode est aux téléviseurs capables d’afficher des images en très haute définition. Depuis l’ouverture du salon CES, les principaux fabricants de TV ont rivalisé d’imagination pour attirer l’attention du public et des médias. Après Samsung, LG et Sony, Toshiba entre à son tour dans la danse.

Au salon annuel du Consumer Electronics Show, la tendance est indubitablement aux écrans de très haute résolution. Dans le domaine des téléviseurs comme dans celui des tablettes, les constructeurs ont présenté des postes capables d’atteindre une définition d’image exceptionnelle. Celle-ci est baptisée « 4K » ou ultra HD, car elle offre une résolution de 3840 par 2160 pixels.

Si LG, Sony et Samsung ont rivalisé d’audace pour construire des téléviseurs toujours plus grands, d’autres fabricants ne sont pas restés en reste. Le groupe japonais Toshiba a ainsi profité de la grand-messe de la high-tech pour faire connaître ses intentions dans les TV. Et c’est la gamme L9300 qui aura pour difficile mission de rivaliser avec les produits concurrents.

Pour répondre à toutes les exigences, Toshiba a décliné son téléviseur en trois modèles : 58, 65 et 84 pouces. Chaque version embarque le processeur CEVO 4K Quad+Dual afin, selon le constructeur, d’être en mesure d’améliorer le rendu de l’affichage lorsqu’un contenu en HD n’a pas été enregistré pour une résolution adaptée aux écrans ultra HD.

Capables d’atteindre une fréquence de rafraîchissement de 240 Hz, ces postes promettent d’afficher une image fluide et nette même lors de l’affichage de contenus en relief. Le constructeur nippon projette de commercialiser ces trois téléviseurs à partir de cet été, en tout cas au Japon et en Amérique du Nord.

Les prix des TV n’ont pas été communiqués, mais le plus petit modèle (58 pouces) devrait coûter à lui seul plusieurs milliers d’euros.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.