… et seulement 2% sur les plateformes commerciales. Selon une étude de l’institut Gfk, les français auraient doublé leurs téléchargements de MP3 l’an dernier, avec une moyenne qui s’établie désormais à 34 chansons par mois contre 15.

Ca ressemble à une impasse pour l’industrie du disque et pour le gouvernement. Les français téléchargent de plus en plus, accordent à la musique une valeur monétaire toujours décroissante, et se fichent des menaces de poursuites malgré des peines pouvant aller aujourd’hui jusqu’à 3 ans de prison et 300.000 euros d’amende.

Selon les résultats de l’enquête menée par Gfk, 2,5 millions de foyers en France (un quart des foyers connectés) téléchargent de la musique sur Internet, et pas chez Apple ou Virgin. Grâce surtout aux réseaux P2P, ils téléchargent aujourd’hui l’équivalent de plus de 3 albums par mois, soit un total estimé à 1 milliard de chansons téléchargées en 2005 dont seulement 20 millions sur les boutiques en ligne. C’est deux fois plus qu’en 2004, où la moyenne mensuelle était inférieure à 15 titres téléchargés.

Faut-il poursuivre aveuglément et espérer que la peur du gendarme l’emporte ? 38% des internautes déclarent ne pas être prêts à payer pour télécharger une chanson légalement, et 49% des internautes qui téléchargent déclarent ne pas se sentir menacés par d’éventuelles poursuites. En 2004 ils étaient prêts à payer 8,59 euros pour un album, en 2005 ils ne veulent plus payer que 6,29 euros… Combien en 2006 ?

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.