Dans le cadre du plan social général que s’applique Intel, 740 postes localisés en France devraient être supprimés.

Intel avait annoncé la couleur au mois d’avril : face à la crise du PC, le spécialiste des microprocesseurs a bien l’intention d’alléger drastiquement sa masse salariale. Dans le cadre d’un vaste plan social, la direction a prévu de supprimer 12 000 postes d’ici la mi-2017, soit environ 11 % de ses salariés au niveau mondial.

En revanche, l’entreprise n’avait pas encore évoqué la distribution géographique de ces licenciements. On commence à y voir plus clair aujourd’hui : en France, ce sont 740 emplois qui vont passer à la trappe. Quatre sites sont touchés : Toulouse (280 postes), Nice (400), Aix-en-Provence (40) et Nantes (20).

Révélé aux représentants du personnel au cours d’un comité d’entreprise, le volet français du plan social du géant américain pourrait avoir des répercussions sur les sous-traitants et faire porter le total des emplois détruits à un millier, selon un délégué syndical CFE-CGC chez Intel Mobile Communications, interrogé par l’AFP.

Un plan de sauvegarde de l’emploi doit être enclenché à partir du 12 juillet pendant une durée de quatre mois. Au cours de cette période, des discussions sur des reclassements en interne seront lancées, avec à la clé la possibilité pour une partie des salariés d’être dispatchés sur d’autres sites en France ou à l’étranger.

intel-processors-hd-wallpaper

Selon le délégué syndical, Intel vient de détruire « 97 % » de sa R&D en France. En réalité, comme le pointe l’Usine Digitale, il reste encore deux centres de R&D dans l’Hexagone sur les sept en sa possession : il y en un à Saclay dans le calcul à haute performance et l’autre à Bruyères-le-Châtel dédié au big data.

Reste à savoir si les employés saisiront la balle au bond, ce qui n’est pas forcément dans leur intérêt. Pour un couple dont l’un des deux membres travaille à Intel, se voir proposer un poste aux USA, en Asie, en Europe ou même ailleurs en France peut rapidement poser de grosses difficultés (déménagement, emploi du conjoint, scolarité des enfants, déracinement…).

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.