La prise en charge des SMS sur Android par Signal va bientôt s’arrêter. L’application a de bonnes raisons d’en finir, mais le public suivra-t-il ?

Coup dur pour celles et ceux qui utilisent l’application Signal pour échanger des SMS. La plateforme va prochainement arrêter de gérer les textos sur Android. C’est ce qu’a annoncé le service sur son blog le 12 octobre. Dans quelques mois, l’appli sera mise à jour pour retirer cette fonctionnalité. En conséquence, les internautes devront opter pour une autre appli dédiée aux SMS.

Cette décision ne veut pas dire que Signal abandonne l’écosystème Android. Au contraire : l’application sera toujours fonctionnelle, mais les messages échangés ne seront à l’avenir que des messages « internes » à Signal, c’est-à-dire envoyés et reçus entre membres de l’application mobile. En somme, comme WhatsApp : on ne peut dialoguer qu’avec les inscrits.

Signal sticker autocollant
L’application Signal. Elle a beaucoup fait pour intégrer des fonctions secondaires pour ressembler à une application de messagerie et séduire le plus grand nombre. // Source : Signal

La décision outre un futur incertain pour Signal, selon la façon dont réagissent les internautes. Le risque central est le déclenchement d’un exode vers une autre appli de SMS — comme Google Messages — et que toutes les communications finissent par passer par là, y compris les discussions entre deux utilisateurs de Signal.

Initialement, la prise en charge des SMS par Signal était astucieuse. Consciente qu’il lui fallait convaincre le public, l’appli devait se montrer la plus polyvalente possible. La prise en charge des SMS était alors incontournable pour se faire connaître. Son adoption aurait été sans doute plus difficile sans ces textos, qui sont massivement utilisés par les mobinautes depuis plus de vingt ans.

Les SMS posent trop de problème, juge Signal

Alors, pourquoi arrêter ? Trois arguments sont présentés : la sécurité, la vie privée et la clarté. Les échanges par SMS sont nettement moins sûrs et confidentiels que ce que peut fournir Signal en interne avec ses messages chiffrés de bout en bout. « Ils laissent échapper des métadonnées sensibles et mettent vos données entre les mains des entreprises télécoms », relève Signal.

Dès lors, continue la fondation derrière le projet, « laisser un protocole de messagerie très peu sécurisé avoir une place dans l’interface de Signal est incompatible » avec ses valeurs et ses objectifs, qui incluent un haut degré de confidentialité (un minimum de métadonnées en jeu) dans les échanges et une forte protection (avec le chiffrement de bout en bout).

chiffrement
Le point fort de Signal : proposer des messages chiffrés de bout en bout. Sauf pour les SMS. // Source : Illustration Lucie Benoit pour Numerama

Dernier problème : l’interface d’utilisation n’a jamais permis de distinguer les SMS et les messages chiffrés de bout en bout. Aujourd’hui, ils vivent côte-à-côte dans l’application, ce qui peut être une source de confusion. Or, « il est important que les gens ne considèrent pas les SMS envoyés ou reçus via l’interface Signal comme sûrs et privés alors qu’ils ne le sont pas », dit l’app.

Ici, la faute revient à Signal, qui n’a visiblement pas su trouver la recette adéquate pour que l’on puisse identifier très vite, en un coup d’œil, les SMS et les messages chiffrés. Certes, l’application intègre des icônes de cadenas ouverts ou fermés, mais cette approche est sans doute trop discrète. En tout cas, Signal admet un échec en termes d’ergonomie et de conception.

Et maintenant ?

Signal n’a pas fixé une date précise de fin de support des SMS. C’est un processus qui va s’étaler sur quelques mois, le temps de laisser une fenêtre d’action pour celles et ceux qui voudraient exporter leurs messages ailleurs, trouver une autre application de SMS et pour tenter de convaincre leurs proches de se mettre à Signal, au nom de la vie privée, mais pas que.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.