Le centre spatial guyanais reprendra en principe ses activités à partir de la mi-juin, avec un tir de fusée Vega. Ce vol viendra refermer une parenthèse de trois mois où Arianespace a dû suspendre ses missions à cause du coronavirus.

En sommeil depuis le 16 mars à cause de l’épidémie de coronavirus, le centre spatial guyanais va reprendre ses activités, mais à un rythme très progressif. Les vols ne reprendront qu’à partir de la mi-juin, a annoncé Arianespace dans un communiqué paru le mercredi 29 avril. Deux tirs sont d’ailleurs déjà planifiés : le premier à la mi-juin, le second vers la fin juillet.

Cette reprise très en douceur — concrètement, le premier vol ne surviendra que dans un mois et demi — doit permettre à Arianespace de procéder à une remontée en puissance, dans le respect des nécessités sanitaires pour prévenir toute contamination du personnel. L’entreprise avait été obligée de réduire la voilure à la mi-mars et de basculer ses équipes en télétravail pour éviter d’avoir à se rendre sur site.

Le premier vol qui aura lieu est la mission VV16, qui était initialement prévue à la fin du mois de mars. Il s’agit en fait du premier lancement partagé (« rideshare ») mené par la fusée légère européenne Vega. Il consiste à lancer en orbite pas moins d’une cinquantaine de petits satellites. Le vol suivant qui est confirmé est la mission VA253, qui sera opérée avec le lanceur Ariane 5, avec deux satellites à bord.

Vega VV15
Le décollage de la mission VV15, avec une fusée Vega. Le premier tir prévu par Arianespace se déroulera aussi avec ce lanceur léger. // Source : Arianespace

Incertitudes sur le calendrier des tirs

Au cours de l’été, trois autres rendez-vous doivent avoir lieu, mais sans que l’on sache très bien à quel moment. Arianespace a confirmé dans son communiqué la programmation de deux campagnes cet été en partenariat avec la Russie (ce qui lui permet de prévoir aussi des lancements depuis les cosmodromes de Baïkonour et Vostochny), avec les missions Soyouz VS24 et VS25.

Pour 2020, Arianespace avait planifié 12 lancements depuis le centre spatial guyanais. 5 avec une fusée Ariane 5 (pour Eutelsat, ISRO, Sky Perfect JSAT, Kari, B-Sat, Intelsat, NGIS et Embratel Star One), 4 avec un lanceur Soyouz (Falcon Eye 2 , CSO-2 et OneWeb) et 3 avec Vega (VV16, SEOSat et Pléiades Neo). La pause de trois mois dans ce planning rend la tenue de ce programme difficile.

2020 est aussi une année importante parce qu’il s’agit des premiers pas opérationnels des nouvelles fusées européennes. Le premier tir de la toute nouvelle Vega-C doit avoir lieu d’ici la fin de l’année. Mais surtout, il est attendu le vol inaugural d’Ariane 6, qu’Arianespace n’a pas évoqué ici. Avant la crise sanitaire, un tir courant juillet avait été décidé, mais on parle désormais plutôt d’un report en fin d’année.

Il faut dire que les tirs n’ont pas été les seules activités guyanaises à être suspendues : le chantier pour construire le complexe de lancement d’Ariane 6 a lui aussi été mis en pause. Il ne doit reprendre qu’à la mi-mai, une fois que les gestes barrières auront été bien mises en place. L’impact sur le calendrier d’Ariane 6 reste à déterminer, mais il pourrait être de l’ordre de deux mois et demi selon le CNES.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo