Epic Games va fermer pendant deux semaines pour permettre à ses développeurs de se reposer. Le studio a récemment été critiqué pour sa culture du crunch qui mettrait ses employés sous pression.

La nouvelle a été annoncée discrètement à la fin d’un billet de blog publié ce 20 juin 2019 : les studios d’Epic Games, qui édite l’incontournable Fortnite, vont fermer pendant deux semaines, du 24 juin au 8 juillet 2019. Cela correspond à la fin des 10 semaines de phases de poule de la Coupe du Monde du jeu de survie et de construction.

« Pendant ce temps, il n’y aura pas de tournoi compétitif », prévient l’entreprise américaine, « Quand nous reviendront, les prochains tournois seront en trio et auront lieu les 13 et 14 juillet ».

Epic Games précise qu’il y aura malgré tout des mises à jour pendant ces prochaines semaines « comme à l’accoutumée », ce qui signifie que le studio a prévu bien en amont cette période de vacances au niveau de toute l’entreprise.

YouTube/Fortnite FR

Une réponse suffisante à la culture du crunch ?

Ces deux semaines de fermeture obligatoire viennent s’ajouter aux deux semaines en hiver, ce qui peut sembler beaucoup pour une firme américaine où il y a beaucoup moins de congés payés qu’en France. Mais dans les faits, Epic Games est depuis plusieurs mois sous le feu des projecteurs pour avoir une culture du crunch très présente — le fait que des employés travaillent parfois jusqu’à 100 heures par semaine pour tenir les deadlines.

« Je travaille 70 heures par semaine en moyenne », expliquait un développeur dans une enquête de Polygon du 23 avril 2019. «  Il doit y avoir 50 à 100 autres personnes chez Epic qui travaillent autant. J’en connais qui atteignent 100 heures par semaine. » Un travail certes rémunéré et volontaire, mais critiqué pour être insidieusement obligatoire.

Avec quatre semaines de fermeture obligatoire en plus des congés payés, Epic Games semble donc décidé à faire bonne figure — reste à voir si le reste du temps, la culture du crunch sera elle aussi prise en considération par les dirigeants de l’entreprise.

Crédit photo de la une : Epic Games

Partager sur les réseaux sociaux