Nintendo a gagné un procès contre une entreprise qui plagiait les courses de Mario Kart.

En mai 2017, Hugh Jackman, alors en pleine tournée presse pour le film Logan, partageait une drôle de vidéo sur Twitter. On y voyait des gens déguisés en personnages issus de l’univers Nintendo en train de rouler avec des karts en plein Tokyo.

Derrière cette séquence farfelue, qui n’avait pas manqué de faire le buzz, se cache la société MariCar. Elle propose de circuler dans la capitale japonaise comme on jouerait dans Mario Kart — ou presque (pas de compétition, pas de carapace bleue). Mais quelques mois avant la publication de Hugh Jackman, Nintendo avait demandé à la justice de se pencher sur le sujet. Le verdit est tombé : le géant du jeu vidéo a gagné.

Nintendo tue Mario Kart dans la vraie vie

Dans un tweet publié le 27 septembre 2018, Takashi Mochizuki, journaliste tech pour le Wall Street Journal, a annoncé que la sanction était la suivante : le tribunal de Tokyo a ordonné à MariCar de ne plus utiliser de costumes à l’effigie des mascottes de Nintendo et de payer à Nintendo une amende de 10 millions de yens (76 000 euros). 

Aux yeux de Nintendo, les activités proposées par la société écrouée nuisaient à la franchise Mario Kart, la ressemblance étant un peu trop appuyée malgré l’absence de notion de course. Pourtant, sur le site officiel traduit en français, on peut encore lire : « Maricar n’est en aucune façon une reproduction du jeu vidéo Mario Kart. » Cette précaution n’aura pas suffi.

Disponible sur TripAdvisor ou encore GetYourGuide, les balades de MariCar sont particulièrement appréciées. Nul ne sait quel sera l’impact de la décision de justice sur l’entreprise, plus particulièrement sur sa santé financière. Numerama a contacté MariCar dans l’attente d’une réponse sur le sujet.

Partager sur les réseaux sociaux