Ubisoft ne prend plus de pincettes pour nettoyer la communauté de Rainbow Six Siege.

Ubisoft ne veut plus voir de propos homophobes ou racistes dans Rainbow Six Siege, FPS multijoueur tactique ayant réuni pas moins de 35 millions de joueurs selon les chiffres datant de juin 2018. Une telle communauté engendre parfois des comportements toxiques, que la firme française veut désormais combattre.

Selon les informations de PCGamer datant du 13 juillet, Rainbow Six Siege intègre désormais un système de bannissement automatique dès qu’un mot insultant est utilisé. Une fonctionnalité de prévention illustrée par un clip posté par un membre de Reddit : il rédige une insulte homophobe (en bas à droite de l’écran), et quelques secondes plus tard, se fait bannir de la partie.

Des bannissements graduels

Les nouvelles mesures d’Ubisoft sont graduelles. Cela signifie que les récidives sont davantage punies jusqu’à l’exclusion permanente des serveurs après étude du compte. Dans la vidéo, on peut voir que le coupable a été éjecté 25 secondes après sa phrase offensante. Il a reçu la notification suivante : « Vous avez été temporairement suspendu à cause d’un comportement toxique. » 

Rainbow Six Siege. Ubisoft

Ces mesures avaient été suggérées à l’occasion d’un post publié par Ubisoft sur son blog, en date du 4 avril 2018. À l’époque, les développeurs expliquaient, « N’importe quel langage ou contenu considéré comme illégal, dangereux, menaçant, abusif, obscène, vulgaire, diffamatoire, haineux, raciste, sexiste, agressif d’un point de vue éthique ou constituant du harcèlement est interdit. » La surveillance du chat s’est donc accrue depuis et la sévérité d’Ubisoft hérisse même les poils de certains. 

« Bannir des gens parce qu’ils ont dit ‘ »n**** » dans un jeu pour public mature. Heureux de voir que vous vous focalisez sur les vrais problèmes », s’est par exemple agacé un joueur banni.

À noter que les propos chassés par Ubisoft apparaissent toujours à l’écran. Ce sera sans doute la prochaine évolution intégrée et elle censurerait les textes pouvant poser problème.

Partager sur les réseaux sociaux