Pointé du doigt pour sa fermeture vis-à-vis du cross-play, Sony va peut-être faire amende honorable. Peut-être.

La vidéo Minecraft diffusée par Nintendo la semaine dernière n’a pas dû passer inaperçue chez Sony. Vantant les mérites du cross-play et publiée quelques jours après le drama Fortnite, elle était clairement destinée au Japonais, constructeur refusant que les propriétaires d’une PS4 se mélangent à leurs homologues Xbox One et Switch.

Mais Sony pourrait finir par entendre raison et faire comme les autres : s’ouvrir et permettre aux joueurs de se rassembler quelle que soit leur bannière. «  Nous avons entendu », a en tout cas confié Shawn Layden, CEO et président de Sony Interactive Entertainment America à l’occasion de la conférence Gamelab, dans des propos rapportés par Eurogamer le 27 juin 2018. Ils font suite à une première déclaration officielle

Rocket League

Une solution pour bientôt

Maintenant que c’est dit, il va falloir agir. «  Nous évaluons plusieurs possibilités. Vous pouvez imaginer qu’il y a des conséquences pour non pas un mais plusieurs jeux. Je suis confiant sur notre capacité à trouver une solution qui sera comprise et acceptée par notre communauté, tout en répondant aux exigences de notre activité », reprend Shawn Layden, qui n’oublie pas de mentionner la partie business — celle qui pose tant problème.

Alors vraie main tendue ou simple coup de communication pour apaiser les tensions ? Pour l’heure, nul ne le sait mais Sony se trouve dans une impasse : soit il y reste, et ce sera tant pis pour les joueurs, soit il fait marche arrière et tire un trait une bonne fois pour toutes sur cette affaire n’ayant pas attendu Fortnite pour prendre forme. Car cela fait déjà plusieurs mois que les fans de Rocket League et Minecraft en pâtissent.

Partager sur les réseaux sociaux