Vous n'avez rien prévu ce week-end ? Marre de scroller Netflix ou YouTube ? Nous vous proposons de passer un petit moment avec une liste de 4 animes japonais — comportant séries, longs ou courts-métrages — à découvrir.

Les années 90 et le début des années 2000 regorgent d’animes de science-fiction. Des chefs-d’œuvre comme Akira ou Ghost in the Shell, tous deux adaptés d’un manga, ont marqué leur génération et même les suivantes.

Cependant, cette liste n’a pas vocation à recenser les classiques de la sf japonaise mais à vous faire découvrir quelques œuvres à côté desquelles vous avez pu passer. Plus méconnues ou juste un peu bizarres, vous pourriez avoir envie d’y jeter un coup d’œil.

Cyber City Oedo 808 : le cyberpunk façon années 90

Cyber City Oedo 808  ou Saibā Shiti OEDO 808 est un anime cyberpunk sorti entre 1990 et 1991, réalisé par Yoshiaki Kawajiri. Il est décomposé en trois original video animation (OVA) de 45 minutes, chacune racontant l’aventure d’un cybercriminel (Sengoku, Gogoul et Benten) libéré de sa détention en échange de missions données par le Commissaire Hasegawa.

L’époque n’est pas précisément définie, mais on peut supposer sans mal que l’action se déroule bien des siècles après notre ère : en effet, on retrouve des technologies très futuristes comme la présence de cyborgs ou encore la représentation d’un ascenseur spatial.

On reconnaît le style de Yoshiaki Kawajiri, particulièrement chez les personnages androgynes qu’il a l’habitude de dépeindre à la perfection. On retrouve d’ailleurs cette particularité dans un film d’animation plus connu qu’il a également réalisé, Vampire Hunter D – Bloodlust (2000). Le personnage de Benten est doublé par Kaneto Shiozawa, un seiyū reconnu pour sa voix particulièrement pénétrante et d’une froideur distinctive. 

Envie d’avoir un aperçu du troisième OVA ? Le groupe de musique électronique britannique Nero a utilisé des morceaux du troisième OVA, centré sur le personnage de Benten, pour le clip de sa chanson Innocence.

 

Twilight of the Dark Master : une histoire dérangeante et un univers glauque

Twilight of the Dark Master ou Shihaisha no Tasogare est un film d’animation sorti en 1991 et réalisé par Akiyuki Shinbo. ll est l’adaptation du manga éponyme de Saki Okuse. Twilight of the Dark Master se déroule dans un monde extrêmement sombre où la race humaine est menacée par des démons des temps anciens, et où ceux qu’on appelle les gardiens ont quasiment disparu à l’exception de Tsunami Shijo.

Dans la ville de Neo-Shinjuku, Tsunami est contacté par Shizuka Tachibana, une jeune femme gravement mutilée par son fiancé, lui-même transformé en démon à cause d’une drogue. Tsunami Shijo accepte de l’aider à retrouver son compagnon mais il sera pourchassé par des antagonistes préparant « l’ultime affrontement entre le bien et le mal.  »

Twilight of the Dark Master est un film très étrange voire dérangeant par son côté abscons. Son intrigue n’est pas claire et est même très chaotique, à l’image du manga dont il est adapté. On peut rire de certains choix artistiques — les jumeaux démoniaques ressemblant à des répliques de Monsieur Spock en tête de liste — et scénaristiques puisque l’histoire dans son entièreté peine à faire sens. Néanmoins, il vaut tout de même la peine d’accorder une heure de son temps à cet anime pour quelques scènes d’une certaine beauté, ou simplement si vous êtes fan des animes perturbants.

Metropolis : des robots maltraités et des hommes avides de puissance

Metropolis ou Metoroporisu est un film d’animation réalisé par Rintarō (réalisateur de la série Le Roi Léo et d’Albator) en 2001. Il est l’adaptation du manga éponyme par Osamu Tezuka (auteur du Roi Léo et Astro Boy). Metropolis est une cité où humains et robots tentent de cohabiter, sans réel succès. L’inspecteur Shunsaku Ban et son neveu Kenichi enquêtent sur une affaire de trafic d’organes impliquant le savant Dr. Laughton.

Celui-ci met en vérité au point un robot pour le Duc Red, l’homme régnant sur Metropolis du haut de sa Ziggurat, un gratte-ciel surplombant la cité entière. Tima, le robot sur lequel le scientifique travaillait et qui se révèle beaucoup plus avancé que ses pairs, s’échappe du laboratoire après le meurtre du scientifique et la destruction de son laboratoire. Par un heureux hasard, Tima rencontre bien vite Kenichi, avec qui elle se lie d’amitié. Cependant, le Duc Red et Rock, son fils adoptif, sont bien déterminés à retrouver Tima pour des raisons beaucoup plus obscures.

Metropolis est un long-métrage particulièrement touchant. Il met en perspective un potentiel futur entre les humains et les robots, dans un monde où ces humanoïdes sont discriminés et rejetés par la race humaine qui les accuse de voler leur travail, tandis que les plus puissants entretiennent cette hostilité à leur profit.

On peut bien ressentir la haine viscérale des humains à l’égard des machines et la douleur de celles-ci pour tenter de mener leur vie. L’action se plaçant du point de vue des deux enfants, Kenichi et Tima, le spectateur peut rapidement être débordé par l’émotion. Metropolis est un chef-d’œuvre que nous vous recommandons chaudement, rien que pour son final grandiose.

Wolf’s Rain : loups errants et monde post-apocalyptique

Wolf’s Rain ou Urufuzu Rein est un anime japonais de 26 épisodes réalisé par Tensai Okamura et diffusé pour la première fois en 2003. Alors que la Terre est en période glaciaire, quelques cités et les humains qu’elles abritent continuent de survivre comme ils le peuvent. Dans ce monde désolé, les loups ont été quasiment exterminés, les survivants adoptent une forme humaine selon leur volonté et tentent eux aussi de subsister dans cet environnement sans futur.

L’histoire commence avec l’arrivée de Kiba, un mystérieux loup blanc à la recherche de Cheza, le fille-fleur de la Lune qui est la clé pour ouvrir le Rakuen, le Paradis. Toute l’intrigue tourne autour de la recherche de ce Paradis et les protagonistes sont constamment pourchassés par divers ennemis, mais surtout par le Seigneur Darcia. Ce Noble maudit par le Rakuen est à la recherche d’un remède contre le sommeil forcé de sa fiancée Harmona, également maudite par le Rakuen.

Wolf’s Rain prend aux tripes. C’est un anime qui mêle violence, poésie, cruauté et philosophie en même temps, sans filtre. Humains comme loups sont dans un piteux état, les Nobles font comme si de rien n’était tandis que le monde part en poussières. Les personnages sont bien écrits, équilibrés, les antagonistes comme Darcia ont un réel background qui justifie leur actions, ce ne sont pas de simples méchants sans nuances et on se surprendrait même à compatir. De même, les protagonistes n’agissent pas forcément toujours bien : Tsuma en est le parfait exemple. Chaque personnage secondaire est intéressant à sa manière et vous regretterez de ne pas en avoir plus.

Le dénouement vous fera au moins autant pleurer que Le Tombeau des Lucioles, c’est dire. La bande-originale exceptionnelle, composée par la talentueuse Yoko Kanno, achève le travail. Prenez une bonne boîte de mouchoirs et lancez-vous dans ce merveilleux anime.

Partager sur les réseaux sociaux