Dans les colonnes du Figaro, Célia Hodent, qui a travaillé sur Fortnite, a évoqué les raisons expliquant le succès du phénomène. Surtout auprès des plus jeunes.

D’un côté, le réalisme froid et implacable de PUBG, de l’autre la direction artistique chatoyante de Fortnite. Entre les deux : des joueurs qui choisissent leur camp. Et des a priori qui naissent : PUBG serait le jeu des « grands » et son concurrent celui des « enfants ». Même si la réalité est un peu plus complexe, Epic Games assume cette cible privilégiée. Le studio a même conseillé à ses joueurs de ne pas jouer pendant les cours.

C’est également ce qui ressort d’une interview de Célia Hodent, ex-directrice de l’expérience utilisateur, menée par nos confrères du Figaro et publiée le 1er mai 2018.

Fortnite assume son côté jeu pour enfants

Aujourd’hui consultante, Célia Hodent livre les raisons de la popularité de Fortnite auprès des plus jeunes : « L’équipe savait que le jeu avait un fort potentiel chez les plus jeunes. Elle a donc opté pour une direction artistique très cartoon et pleine d’humour, qui fait penser à Ghostbusters, Retour vers le futur ou Les Goonies. Dans Fornite, il n’y a pas de sang. Et quand vous perdez, votre personnage ne meurt pas vraiment ». Le point commun entre ces références : le ton doit être léger et bon enfant. Du genre à se fondre sans souci dans une cour de récréation.

On retrouve cette approche sur la moindre composante de Fortnite, à commencer par cette fameuse expérience utilisateur, dont le but est «  de réduire au maximum la frustration des joueurs et de générer des émotions positives  ». Sur ce point, Célia Hodent n’hésite pas à citer Overwatch, un autre succès du genre multijoueur, comme source d’inspiration, «  Il récompense le joueur, même s’il est dans l’équipe perdante, en soulignant ses performances durant la partie […]. Pour Fortnite, nous voulions que tous les types de joueurs s’amusent, même s’ils ne sont pas bons en visée. » Traduction : Fortnite se veut le plus accessible et accueillant possible. Et ça paie

Partager sur les réseaux sociaux