Donald Trump s'est félicité d'une vente d'avions F-52. Problème ? Ils n'existent pas. Sauf dans Call of Duty...

On a changé d’année mais Donald Trump reste fidèle à lui-même. Pas question pour le fantasque président des États-Unis de prendre de bonnes résolutions. Tout récemment, il nous a encore gratifiés de bourdes dont lui seul en a le secret : «  Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici ? » mais aussi, passée plus inaperçue, une erreur sur le nom d’un avion.

Celle-ci partait pourtant d’une bonne intention : se féliciter des bonnes relations commerciales avec la Norvège et notamment de la livraison d’avions de chasse F-52. Problème ? Les F-52 n’existent pas… Sauf dans Call of Duty : Advanced Warfare, jeu vidéo développé par Sledgehammer Games, édité par Activision et avec Kevin Spacey au casting.

Erreur ou coup de com’ ?

Selon les informations du Washington Post, Donald Trump s’est quelque peu emmêlé les pinceaux au moment du discours prononcé à la Maison Blanche aux côtés d’Erna Solberg, Première ministre de la Norvège. «  En novembre, nous avons commencé à livrer les premiers F-52 et F-35. Nous avons une commande de 52 avions et certains ont été livrés en avance  », a expliqué le président américain. De toute évidence, en lisant sa fiche mémo, il a dû confondre le nombre d’avions achetés par la Norvège — 52, donc — avec le nom des avions en question. Ou bien il s’agit d’une ruse pour tromper l’ennemi, en faisant exprès d’annoncer de fausses informations. Boulette ou coup de communication ? Chacun choisira son camp.

Lockheed Martin, entreprise de défense et de sécurité qui produit les avions, a confirmé que le gouvernement norvégien avait payé pour quarante F-35, un modèle ultra sophistiqué. Dix d’entre eux ont déjà été livrés. Elle n’a rien dit, en revanche, sur l’existence d’un éventuel projet F-52. De la même manière, la Maison Blanche n’a pas voulu commenter la petite erreur de Donald Trump, ni affirmer qu’il était bel et bien un grand fan de Call of Duty à ses heures perdues.

Partager sur les réseaux sociaux