Une équipe suédoise eSport a la particularité de n'être composée que de personnes âgées. Un symbole d'ouverture pour la discipline.

Qui a dit que les jeux vidéo étaient pour les enfants ? Certainement pas les membres de l’équipe Silver Snipers, regroupée autour d’un pari un peu fou — réunir une troupe de personnes âgées pour gagner à Counter-Strike — et d’un joli message à faire passer — l’eSport peut bel et bien s’ouvrir à tout le monde. C’est aussi une leçon de courage et de dépassement de soi puisque les improvisés joueurs n’avaient que trois semaines pour apprendre les rudiments d’un jeu hardcore.

Une armée de vétérans

Il y a quelques mois, Monica Idenfors a lancé un appel aux armes. Son objectif était de recruter des seniors en vue de participer à un tournoi eSport de Counter-Strike organisé à la Dreamhack de Suède. Rejointe par quatre autres retraités âgés entre 62 et 81 ans, soutenue par un sponsor assez prestigieux (le constructeur Lenovo) et coachée par Tommy Potti Ingemarsson, ex-pro sur CS, elle a atteint son objectif de mobilisation. Il fallait maintenant partir à la guerre.

Car aucun des membres des Silver Snipers n’avait joué à Counter-Strike auparavant. Et ils n’ont eu que quelques jours pour découvrir le FPS et s’entraîner pour la compétition. Sur ce point, Tommy Ingemarsson souligne l’implication de ses poulains atypiques, « ils étaient en réalité très passionnés  » et plusieurs anecdotes ponctuent cette belle histoire. Il y a notamment celle qui veut qu’un des e-athlète ait amené un pense-bête reprenant les touches du clavier pour les mémoriser plus rapidement. Ils se sont même donné des surnoms : Knitting Knight, Berra-Bang ou encore Teen Slayer pour la benjamine. Comme des joueurs moins âgés.

Mais malgré leur enthousiasme, ils ne sont pas parvenus à remporter un match durant la Dreamhack. Ils n’ont pas démérité et leur défaite sportive est en réalité une belle victoire médiatique au regard de l’accueil chaleureux et positif réservé par la communauté. Preuve de l’engouement suscité : Lenovo a reçu des candidatures et les Silver Snipers ne devraient pas disparaître. « Il y a des jours où je suis frustrée ou anxieuse, mais quand je joue, ça m’apaise. Je me sens mieux après  », souligne Monica Idenfors, insistant sur les vertus du jeu vidéo. On comprend son envie de continuer, elle qui a aussi développé des nouvelles stratégies pour le Mahjong.

Partager sur les réseaux sociaux