Warner Music France interdit la copie et la diffusion d’une chanson réalisée en partenariat avec la Mission de lutte contre les drogues.

Placée sous l’autorité du Premier ministre, la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt) s’est associée à Warner Music France pour organiser un concours. Les participants devaient exprimer en vidéo et en images leur « talent contre les drogues« , ce qui a donné naissance à un single et un clip. La chanson « Ne joue pas les badboys » est interprétée par Jahriki et les Blessin Fire, et le clip réalisé par Ronan Hervé. Même la pochette, dessinée par Guillaume Hamon, a été réalisée par un lauréat.

Le concours organisé l’an dernier a permis à Warner Music France de détecter de nouveaux talents, avec plus de 600 participants, et de signer les artistes qu’elle produit avec cette chanson. Mais même si le titre se veut d’intérêt public, pas question pour Warner d’autoriser sa libre diffusion.

La chanson est vendue 1,29 euros sur les plateformes partenaires (iTunes, Fnac, VirginMega et Amazon), sans qu’il soit apparemment prévu de reverser tout ou partie des droits à la lutte contre les drogues. L’écoute gratuite du titre est permise, mais uniquement sur les plateformes partenaires Dailymotion et Deezer. Aucune licence libre n’autorise sa diffusion sur d’autres plateformes, ou sur les réseaux P2P.

« Ce site respecte le droit d’auteur« , peut-on lire sur le site de l’opération. « Tous les droits des auteurs des œuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés. Sauf autorisation, toute utilisation des œuvres autres que la reproduction et la consultation individuelles et privées sont interdites« .

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !