Blizzard Entertainment campe sur ses positions : pas de message politique pendant ses jeux.

Ne tapez pas « Free Hong Kong » dans un chat Twitch de la chaîne PlayHearthstone, vous risquerez d’être banni. Dot eSports a tenté l’expérience le 18 octobre 2019 à l’occasion d’un tournoi d’Hearthstone diffusé en direct. Le média spécialiste a reçu les sanctions suivantes : message instantanément effacé et interdiction de parler pendant 24 heures.

Cela fait suite à l’affaire Chung ‘Blitzchung’ Ng Wai, joueur professionnel d’Hearthstone qui a osé prendre la parole sur la situation à Hong Kong lors d’une compétition officielle. Blizzard l’avait d’abord privé de ses gains et banni un an avant de revoir sa punition à la baisse, après la polémique internationale qui a suivi. Aujourd’hui, la firme américaine continue d’appliquer ses règles : elle ne veut aucun dialogue à caractère politique chez elle.

Blizzard Entertainment

Blizzard Entertainment toujours ferme avec la Chine et Hong Kong

Sur Reddit, on peut également lire que Blizzard censure automatiquement tous les messages qui seraient pro-Chine. «  J’ai vu certaines personnes tester le système en tapant des choses pro-Chine et elles ont été supprimées en quelques secondes », explique Arighzz. Il n’est donc pas uniquement question de Hong Kong mais de toutes les phrases qui ne seraient pas directement liées au jeu, rien qu’au jeu. Dans sa communication post-crise, Blizzard Entertainment avait insisté sur ce point, indiquant : « Nous continuerons d’appliquer les règles des tournois pour nous assurer que nos streams officiels se focalisent sur le jeu et ne deviennent pas une plateforme pour des points de vue politiques ou socialement clivants. »

D’ailleurs, Blizzard a rapidement joint l’acte à la parole, conservant ce cap contre vents et marées. Peu après la sortie du président J. Allen Brack censée apaiser les tensions et stopper l’incendie médiatique, trois joueurs de Hearthstone ont été bannis. Ils ont enfreint les règles en partageant le message « Libérez Hong Kong, Boycottez Blizzard ». La Blizzcon, qui aura lieu début novembre, risque d’être mouvementée.

Partager sur les réseaux sociaux