Facebook annonce avoir supprimé de nouveaux comptes, groupes et pages dont l'activité n'est pas normale.

C’est devenu routinier chez Facebook : de temps à autre, le réseau social dévoile ses dernières mesures contre des pages dont l’activité est qualifiée « d’inauthentique », selon le vocabulaire de l’entreprise. La raison ? Ces pages seraient en réalité pilotées par des puissances étrangères dans une stratégie d’influence et de désinformation sur les populations.

Des activités qui seraient liées à l’Iran

La dernière campagne de ce type déjouée par le site communautaire est liée à l’Iran, selon les explications du groupe données le 31 janvier. L’opération en question était active sur Facebook mais aussi Instagram, la filiale du site dédiée aux photographies. En tout, ce sont 783 pages, groupes et comptes qui ont été fermés. Selon Facebook, certaines de ces actions remontent à 2010.

« Les administrateurs de pages et les propriétaires de comptes se représentaient généralement eux-mêmes en tant que locaux, utilisant souvent de faux comptes et publiant des articles sur des événements d’actualité », explique Facebook, ajoutant que ces espaces relayaient la position iranienne sur divers sujets relatifs au Proche et au Moyen Orient.

Facebook explique que ces espaces visaient un public varié, situé notamment au Maghreb, au Proche et Moyen Orient, mais aussi en Asie du Sud Est, en Afrique et dans quelques pays occidentaux, dont la France. Parmi les photographies relayées en guise d’exemples de cette stratégie d’influence, l’une contient un commentaire en français niant l’existence de l’État d’Israël.

L’Iran fait partie des rares pays à ne pas le reconnaître.

Le réseau social s’attaque à ce qu’il qualifie d’activités inauthentiques. // Source : Facebook

Des millions de comptes atteints

Dans le détail, Facebook dit avoir fermé 262 pages, 356 comptes et 3 groupes sur sa plateforme et 162 comptes sur Instagram. 2 millions de personnes suivaient au moins l’une de ces pages, 1 600 comptes avaient rejoint l’un de ces groupes et 254 000 autres suivaient les profils litigieux sur Instagram. En outre, ces comptes ont dépensé quelques dizaines de milliers de dollars pour de la publicité

8 évènements ont aussi été annoncés, mais Facebook ne sait pas s’ils ont vraiment eu lieu. « Le premier était prévu pour mai 2014 et le plus récent pour mai 2018. Jusqu’à 210 personnes ont manifesté leur intérêt pour au moins un de ces événements » poursuit le site.

Facebook précise que l’action prise en janvier 2019 s’inscrit dans des mesures déjà prises l’an dernier contre des comportements inauthentiques là encore associés à l’Iran. « Il s’agissait d’opérations interconnectées et localisées, qui utilisaient des tactiques similaires en créant des réseaux de comptes pour tromper les autres sur qui ils étaient et ce qu’ils faisaient ».

Partager sur les réseaux sociaux