Le piratage qui a touché Sony Pictures le mois dernier continue de produire ses effets. Dernièrement, il a été constaté que les certificats de sécurité du studio ont été utilisés pour signer des logiciels malveillants en vue de piéger des internautes.

Les mauvaises nouvelles s'accumulent pour Sony Pictures, qui a été victime d'un piratage informatique d'une ampleur inédite à la fin novembre. Après la fuite de cinq longs-métrages et la copie de multiples informations confidentielles (projets, données financières, coordonnées, mails, contrats, fichiers administratifs, mots de passe), la firme japonaise est confrontée à un nouveau problème.

La société russe Kaspersky Lab, dont la spécialité est la sécurité sur le net, rapporte en effet sur Secure List que les certificats de sécurité de Sony ont été dérobés au cours de l'attaque. Ces documents servent d'ordinaire à signer numériquement des fichiers vérifiés par l'entreprise nipponne. Or, ils servent aujourd'hui à valider des logiciels malveillants pour piéger plus facilement les internautes.

Kaspersky Lab explique que l'un d'eux, baptisé Destover, cherche à se connecter à deux endroits : le premier se situe aux États-Unis (United States Champlain Time Warner Cable Internet LLC), le second se trouve en Thaïlande (Thailand Bangkok Thammasat University). Coïncidence ou non, c'était déjà dans ce pays qu'une connexion suspecte en lien avec le piratage avait été détectée la semaine dernière.

Toutefois, ces logiciels malveillants devraient prochainement neutralisés. Du moins, en partie. Kaspersky Lab indique avoir signalé le problème à deux autorités de certification, DigiCert et Comodo, pour qu'elles placent les certificats de sécurité compromis sur une liste noire.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.