Sur France 2, l'émission "Ce soir ou jamais" s'est penchée vendredi soir du domaine public et du droit d'auteur. L'occasion pour les intervenants de discuter du point d'équilibre à trouver pour préserver à la fois les droits du créateur, mais aussi prendre en considération ceux du public.

Une fois n'est pas coutume, le domaine public a été le sujet d'une émission télévisée. Sur le plateau de "Ce soir ou jamais", Frédéric Taddeï a rassemblé plusieurs intervenants sur le thème de : "Tintin, Astérix, James Bond, Yves Saint Laurent : y a t-il une vie après la mort du créateur ?". L'occasion de parler du droit d'auteur et de ce qui se passe lorsque le délai de 70 ans après la mort du créateur s'est écoulé.

Autour de l'animateur ont participé Patrick Poivre d'Arvor (ex-présentateur du journal de 20h de TF1), Alexandre Astier (auteur de Kaamelott), Nick Rodwell (administrateur de la société Moulinsart), Isabelle Attard (députée), Gabriel Matzneff (écrivain), Lionel Maurel (juriste), Florence Watrin (avocate), Émile Bravo (dessinateur) et Franck Bondoux (délégué général du festival de la BD d'Angoulême).

Le sujet de l'émission de France 2 survient alors que plusieurs évènements se sont déroulés récemment : d'abord, la petite phrase de Nick Rodwell qui a laissé entendre qu'un stratagème serait trouvé d'ici 2052 pour prolonger le contrôle des droits de Tintin. Ensuite, la parution d'une nouvelle BD d'Astérix sans la participation des auteurs originaux. Enfin, le dépôt d'une proposition de loi consacrant le domaine public.

L'émission peut être revue en replay pendant 7 jours sur Pluzz, le service de TV de rattrapage de France Télévisions, ou directement sur le site dédié à "Ce soir ou jamais".

( photo : CC BY-SA Sven )

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !