Apple et Microsoft ont tous les deux obtenu des brevets qui visent à permettre à des personnes privées ou aux autorités publiques de désactiver à distance les fonctionnalités de certains appareils. Par exemple, il deviendrait impossible de prendre des photos ou des vidéos dans un musée, dans un stade… ou dans une manifestation.

La technologie est souvent merveilleuse par les possibilités nouvelles qu'elle offre. Elle est aussi parfois redoutable, par exemple lorsqu'elle permet de s'assurer qu'une interdiction n'est plus simplement une interdiction que l'on peut contourner, mais une impossibilité totale d'enfreindre la règle. Qu'il s'agisse de la loi adoptée par les parlementaires élus, ou de règles plus ou moins arbitrales édictées par des entreprises privées, ou par des autorités publiques. 

Hier, quand un règlement ou un contrat paraissait inepte, il était toujours possible de ne pas y obéir, et d'accepter d'en subir les éventuelles conséquences. L'Histoire a montré que la désobéissance civile peut être une nécessité. Et sans aller chercher les exemples les plus sombres, il est parfois heureux que les lois ne soient pas respectées. N'est-il pas heureux que les femmes puissent enfreindre l'ordonnance du 16 brumaire an IX (17 novembre 1800), jamais abolie, qui les oblige à demander à l'Etat l'autorisation de porter un pantalon ? N'est-il pas heureux que l'on puisse faire un lien hypertexte vers un site internet sans forcément obtenir au préalable une autorisation écrite

Avec les DRM sur les contenus culturels, la technologie a déjà permis que désormais, seules les personnes autorisées puissent lire un livre. Et que l'on ne puisse plus ni le copier, ni le modifier, ni le donner, ni le vendre. Mais demain, ce sont d'autres comportements humains qui seront bridés par la technologie, parce qu'ils auront été jugés impropres.

Apple a ainsi obtenu mardi un nouveau brevet, déposé en juin 2008, portant sur "des appareils et méthodes pour l'application de politiques sur un appareil sans fil". En résumé, il s'agit de faire en sorte que certaines fonctionnalités des appareils mobiles puissent être désactivées à distance, sans que leur propriétaire ne puissent s'y opposer. Apple prend comme exemple le fait de désactiver l'écran des téléphones portables à l'intérieur des salles obscures de cinéma, ou de désactiver la communication entre appareils mobiles à l'intérieur d'une salle d'examen.

En cela, ce qui n'est d'ailleurs pas sans poser questions, le brevet ressemble très fortement à celui obtenu par Microsoft en mai 2008, un mois seulement avant qu'Apple dépose le siens.

A l'époque, il s'agissait très ouvertement pour Microsoft de faire respecter des "Device Manners Policy" (DMP), c'est-à-dire des DRM dont la fonction est de s'assurer du respect des "bonnes manières" dans les lieux publics. "Avec la gestion des DMP, les salles de cinéma pourraient par exemple demander automatiquement aux téléphones mobiles de se mettre en mode silencieux, les musées pourraient interdire aux appareils photos de fonctionner ou de déployer leur flash, les entreprises pourraient interdire la captation d'images ou de son dans les réunions confidentielles, etc, etc. Et ça ne serait pas limité aux appareils portatifs. Microsoft imagine par exemple que les municipalités pourraient faire respecter automatiquement des limitations de vitesse ou obliger à l'allumage des feux dans les tunnels", avions-nous écrit il y a quatre ans.

Mais à l'époque, peut-être parce que ni la répression des émeutes de Londres ni le printemps arabe n'étaient encore survenus, nous n'avions pas vu l'outil incroyablement menaçant pour les libertés publiques que représentent ces technologies de contrôle du comportement humain.

Or la menace est évidente :

Les régimes autoritaires ou les démocraties en dérive seront effectivement les premières à vouloir s'emparer de ces outils de contrôle pour, ici, empêcher des populations insurgées de communiquer entre-elles. Là, pour empêcher un journaliste ou un témoin quelconque de prendre des images qui dérangent.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !