Le conseil départemental du Loiret a été victime d’une cyberattaque par ransomware début novembre 2023. Les hackers russophones de Lockbit ont revendiqué l’attaque sur le site darknet.

Le Loiret, nouvelle victime de Lockbit. Le groupe de hackers russophones a revendiqué le 11 novembre 2023 la cyberattaque contre le conseil départemental du Loiret (Centre Val-de-Loire). Les cybercriminels donnent 12 jours à la collectivité territoriale pour régler la rançon exigée. La somme n’a pas été précisée. Généralement, si rien n’est conclu, les hackers finissent par publier les données dérobées lors de leur attaque. Notons que la règle pour les services publics est de ne jamais payer la rançon.

Le 6 novembre dernier, le conseil départemental s’est retrouvé paralysé après une attaque par ransomware. De nombreux services sont devenus injoignables. La Procureure de la République d’Orléans, Emmanuelle Bochenek-Puren, annonce s’être dessaisie du dossier au profit de « la section cybercriminalité du parquet de Paris ». 

La revendication de l'attaque sur le site de Lockbit. // Source : Numerama
La revendication de l’attaque sur le site de Lockbit. // Source : Numerama

Une longue liste de victimes de cyberattaques en France

Lockbit enchaîne les cyberattaques contre la France.  Ce collectif de cybercriminels a connu une importante attention médiatique en France, lorsqu’il a paralysé l’hôpital de Corbeil-Essonnes le 21 août 2022. Des mairies, des PME ainsi que le groupe Nuxe ont aussi été victimes de Lockbit. Le groupe russophone a récemment revendiqué sa 2 000e cyberattaque.

Le collectif gère un malware qu’il fait louer à une centaine « de hackers affiliés ». Ces derniers ciblent les entreprises, les administrations, les hôpitaux et chiffrent les données de leurs victimes. S’ils arrivent à obtenir une rançon (souvent astronomique), ils versent une commission aux gestionnaires de Lockbit.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !