La version 76 de Google Chrome va causer des migraines à la presse en ligne. Les sites qui comptent sur les paywalls ont pris l'habitude de bannir le mode incognito des navigateurs, pour éviter les resquilleurs. Seulement, Google Chrome 76 va rendre invisible ce mode.

Libération, Le Parisien, L’Express ou bien Les Échos. Nombreux sont les titres de presse français à proposer aux internautes un quota d’articles gratuits avant de leur demander de prendre un abonnement (ou de payer à l’unité les prochains sujets) s’ils souhaitent continuer à accéder à d’autres contenus. D’ailleurs, ce n’est pas propre à l’Hexagone : les médias étrangers aussi font la même chose.

Le mode incognito devient incognito

Sauf qu’avec la prochaine version de Google Chrome, les sites d’information vont avoir beaucoup plus de mal à savoir si les internautes ont effectivement atteint leur quota (quotidien, hebdomadaire ou mensuel, selon les préférences de chaque publication) si ceux-ci utilisent le mode incognito de leur navigateur web. La bascule est attendue avec Chrome 76, dont la sortie est prévue le 30 juillet.

Si vous vous demandez ce qu’est le mode incognito, sachez que c’est une option de Google Chrome qui sert à activer la navigation privée. L’intérêt du mode incognito est local, c’est-à-dire au niveau du terminal qui va sur le net, surtout si celui-ci est partagé avec d’autres personnes (votre conjoint, votre colocataire, vos enfants, etc.). Il ne vous masque pas sur la toile : un site vous détecte toujours, avec votre adresse IP. Cela dit, ce mode comporte quelques règles qui servent à restreindre ce qu’il peut savoir de vous.

La navigation privée sur Google Chrome.

Il s’avère toutefois qu’une information importante était encore communiquée par Google Chrome en mode incognito…. celle de savoir si le mode incognito est activé ou non ! Or, justement, la version 76 du navigateur web va arrêter de transmettre cette information avec la modification de l’API FileSystem. Tous les scripts qui reposent sur cette API pour savoir si le mode incognito est actif vont être caducs.

Nous en parlions d’ailleurs en début d’année.

«  Le mode incognito de Chrome est détectable depuis des années, du fait de l’implémentation de l’API FileSystem. À partir de Chrome 76, c’est corrigé. Toutes mes excuses pour les scripts de détection en mode privé qui existent », écrit Paul Irish sur Twitter sur le ton de la plaisanterie. Cet informaticien américain connaît bien Chrome : il travaille au sein de l’équipe chargée de son développement.

Avec le mode incognito, un site de presse est dans l’incapacité de lire ou d’écrire un cookie (un cookie, ou témoin de connexion, n’est pas néfaste en soi : il peut aussi servir à stocker des informations utiles, par exemple les préférences d’un internaute qui est déjà venu, pour éviter par exemple qu’il ait besoin de se reconnecter) sur l’appareil qui se connecte à son espace.

Le site ne peut donc pas savoir s’il s’agit d’un abonné ou d’un internaute qui a dépassé son quota d’articles gratuits ou s’il est encore dans les clous. Dès lors, les sites de presse ont préféré bannir la lecture en mode incognito. C’est le cas du Boston Globe, un exemple donné par Paul Irish, mais aussi de publications comme le magazine du MIT, Technology Review, et du New York Times.

Avant / après pour The Boston Globe.

« Fatigue de l’abonnement »

La version bêta de Chrome 76 est disponible depuis le 13 juin, ce qui fait qu’il est d’ores et déjà possible d’utiliser ce navigateur pour gruger les « paywalls », en attendant la version finale fin juillet. Il reste désormais à savoir quelle sera la réponse du berger à la bergère, car on peut d’ores et déjà supposer que les sites de presse vont déployer d’autres efforts pour  repérer les resquilleurs.

Aux yeux de Paul Irish, il existe pourtant une troisième voie pour échapper à ce jeu du chat et de la souris : s’abonner à vos sources préférées de journalisme. « Si vous pouvez vous le permettre, je vous encourage à payer la poignée de dollars pour vous abonner », lance-t-il. Mais ce n’est pas aussi simple : la part d’internautes prêts à payer pour s’informer sur le Web stagne, selon une étude de Reuters, reprise par Le Monde.

La raison ? Il existerait une « fatigue de l’abonnement » : « les gens en ont marre qu’on leur demande de payer séparément différents services en ligne », selon Richard Fletcher, de l’Institut Reuters. Car il n’y a pas que les abonnements à la presse qui pèsent dans la balance : les internautes tiennent aussi compte des autres dépenses dans la musique, la SVOD, le jeu vidéo, etc.

À lire sur Numerama : Comment activer la navigation privée sur son navigateur web

Partager sur les réseaux sociaux