Alors que la Belgique entend ouvrir le marché de la téléphonie mobile à un quatrième opérateur, de récents indices confortent l'hypothèse d'une arrivée prochaine de Free.

Présent dans l’Hexagone depuis janvier 2012, Free Mobile a commencé à se projeter véritablement à l’international en 2018 avec le lancement d’une offre commerciale en Italie, la tentative d’implantation aux États-Unis en 2014 avec le rachat de T-Mobile ayant échoué. Selon des statistiques de mi-juillet, un million de personnes sont passées chez Free Mobile. Un nombre qui a certainement grossi depuis.

Aujourd’hui, la prochaine manœuvre de l’opérateur mobile pourrait se dérouler… en Belgique. Un correspondant du site UniversFreebox, dédié à l’actualité du fournisseur d’accès, a relevé un indice significatif : l’enregistrement du domaine iliadmobile.be. Si cela peut sembler assez maigre comme piste, cette découverte doit être lue en tenant compte du contexte récent.

En juin, le vice-Premier ministre et ministre des télécoms, Alexander De Croo expliquait vouloir ouvrir le marché de la téléphonie mobile en Belgique de façon à avoir quatre opérateurs au lieu de trois.

Alexander De Croo
Alexander De Croo, au centre. // Source : European Business Summit

Ouverture à un quatrième opérateur

Cette ouverture se ferait lors de la vente aux enchères des nouvelles licences 4G et 5G et surviendrait en 2019. Il pointait les bénéfices en termes de concurrence tarifaire, avec une baisse de prix, d’infrastructures, avec des investissements en hausse pour ne pas se laisser distance, et d’usage, avec une utilisation accrue des données mobiles du fait de forfaits toujours plus enrichis.

« La Belgique enregistre un score très faible en consommation de données mobiles et en même temps, les prix des data mobiles sont nettement plus élevés chez nous que dans d’autres pays. En faisant de la place à un quatrième et nouveau réseau, nous favorisons les investissements, la concurrence tarifaire et des prix plus compétitifs pour le consommateur », déclarait-il.

La France était alors citée en exemple.

La Belgique paraît intéresser fortement Iliad, la maison-mère de Free. En juin, le journal L’Écho rappelait les confidences d’octobre de Xavier Niel, le fondateur de Free. Il déclarait que lors de la séquence du rachat de l’opérateur Base par Telenet, Free a évalué son intérêt dans ce dossier « avant d’abandonner l’idée, constatant ne pas être le candidat favori de KPN, propriétaire d’alors de l’opérateur ».

Partager sur les réseaux sociaux