Twitter est intervenu auprès de Twitpic pour récupérer son nom de domaine et ses archives photographiques. L'intervention du réseau social permettra de préserver l'histoire de la plateforme, menacée de fermeture. Mais Twitter, qui joue les sauveurs, est aussi celui qui a mis fin aux activités de Twitpic.

Nouveau rebondissement le dossier Twitpic. Alors que la plateforme d'hébergement de photos devait disparaître du web le 25 octobre, un accord a été trouvé in extremis pour acquérir le nom de domaine du service et ses archives photographiques. Ironie du sort, c'est Twitter qui a volé au secours de Twitpic alors même que le réseau social a précipité sa chute en s'opposant à son dépôt de marque.

"Nous n'avons pas été en mesure de conserver l'indépendance de Twitpic. En revanche, je suis heureux de vous annoncer que nous avons conclu un accord avec Twitter pour leur donner le nom de domaine de Twitpic et les archives photos, permettant de garder pour le moment les liens fonctionnels et les clichés accessibles", a commenté Noah Everett, le créateur de Twitpic.

"Twitter partage notre but de protéger nos usagers et ces données. De plus, dans la mesure où les utilisateurs de Twitpic sont aussi des membres de Twitter, cela fait sens de placer ces données sous la responsabilité de Twitter", a-t-il ajouté. Mais pas question pour autant que Twitter prenne le relais de Twitpic : la plateforme sera accessible en lecture seulement (pas de téléversement possible).

Les applications mobiles de Twitpic seront retirées de Google Play et de l'App Store et les logiciels installés ne bénéficieront plus de la moindre mise à jour. Les utilisateurs pourront toujours s'identifier sur le site et supprimer les données qu'ils souhaitent ou le compte dans sa globalité. Les fichiers peuvent par ailleurs être récupérés dans une archive.

L'intervention de Twitter est pour le moins inattendue, dans la mesure où le site communautaire a poussé Twitpic dans le précipice. Rappelons en effet que l'hébergeur de photos souhaitait déposer sa marque auprès du bureau américain des brevets et des marques de commerce (USPTO) dans le cadre de son développement, mais qu'il s'est heurté aux pressions du réseau social.

Twitter a défendu l'idée que le nom de Twitpic est particulièrement proche de sa propre marque et que son éventuel dépôt empièterait sur sa propriété intellectuelle. Pour faire céder Twitpic, et selon ce dernier, Twitter aurait brandi la coupure des accès à l'interface de programmation applicative (API). Une menace qui a marché, puisque le site a abandonné son projet.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !