Le projet de financement mis en place par la société américaine Purism pour donner naissance à Librem 5, un smartphone GNU/Linux, ouvert et sécurisé, est un succès. Le cap des 1,5 million de dollars a même été franchi.

Le pari de Purism avec le Librem 5 est remporté. Alors qu’il restait deux semaines avant la fin de la campagne de financement, les montants sollicités par le constructeur américain pour fabriquer un smartphone GNU/Linux, ouvert et sécurisé ont été entièrement réunis. Et même dépassés : à l’heure où nous écrivons ces lignes, Purism a d’ores et déjà récolté 50 000 dollars en plus.

Cette levée de fonds s’est déroulée extrêmement bien pour Librem. « Nous sommes en route vers l’objectif de 1,5 million de dollars qui nous permettra de lancer un téléphone qui nous libérera enfin des entraves constituées par le duopole des smartphones Android et iOS », se félicitait il y a quelques jours Todd Weaver, le fondateur et actuel patron de Purism, la société derrière ce projet, quand la barre du million de dollars a été franchie.

Se libérer enfin des entraves constituées par le duopole des smartphones Android et iOS

Maintenant que ce palier a été atteint, que va-t-il se passer ? La levée de fonds va se poursuivre jusqu’à la fin. Si les internautes continuent à donner, d’autres caps pourraient être atteints : à 4 millions de dollars, il est par exemple prévu un muméro de téléphone VoIP et des fonctions d’appel associées ; à 6 millions de dollars, une rétro-ingénierie des micrologiciels WiFi / Bluetooth est prévue

D’autres caps sont proposés, à 8, 10, 20 et même 32 millions de dollars. Mais on n’en est pas encore là.

Avec le Librem 5, Purism entend fournir toutes les fonctionnalités basiques que l’on peut attendre d’un smartphone en 2017 : appels téléphoniques, messagerie, courriel, navigation, appareil photo. Et après le lancement, Purism assure qu’il entend assurer un suivi pour que la logithèque d’applications libres se développe, en coopération avec la communauté des développeurs.

Au début du mois d’octobre, Purism a d’ailleurs annoncé un partenariat avec le projet de communications open source Matrix.org pour « activer le chiffrement de bout en bout et les communications décentralisées dans l’application d’appel téléphonique et la messagerie ». Toujours au chapitre des partenariats, Purism a rallié le soutien de KDE et de la fondation Gnome en septembre.

Du coté de la technique, le Librem 5 intégrera un écran 5 pouces en haute définition, le support des réseaux 2G, 3G et 4G, le chiffrement des communications, PureOS en tant que système d’exploitation par défaut pour exécuter la plupart des distributions GNU / Linux et divers autres composants détaillés dans une feuille de route dédiée au matériel.

Mais au-delà des caractéristiques, c’est sur la dimension « éthique » du smartphone que la société insiste essentiellement, en notant que ni Android ni iOS ne sont utilisés, que les paramètres de confidentialité sont réglés par défaut pour protéger la vie privée et que la conception du smartphone a été dès le départ pensée sous le prisme de la sécurité (« privacy by design »).

Alors, le Librem 5 est-il le smartphone parfait pour les partisans du logiciel libre ? En tout cas, c’est un prétendant sérieux. Car si le fabricant a prévenu qu’il ne serait pas 100 % libre — la partie téléphonie nécessitera l’ajout au noyau d’un pilote propriétaire, par exemple –, il a ajouté qu’il sera « le plus libre possible  ». Et surtout, même s’il n’est pas parfait, c’est en tout cas un projet qui va aboutir, contrairement à l’Ubuntu Edge.

Le smartphone est proposé à 599 dollars. La livraison des premiers modèles devrait avoir lieu à la toute fin 2018 ou début 2019.

(mise à jour avec la réussite du premier palier de financement)

Partager sur les réseaux sociaux