Comme beaucoup d'autres constructeurs, Mercedes-Benz électrifiera l'ensemble de ses gammes de véhicules. La fenêtre de tir est pour 2022.

Le futur appartient bel et bien à l’électrique et, dans un futur pas si lointain, les stations essence telles que nous les connaissons actuellement pourraient bel et bien être désertées. Effectivement, dans le sillage du groupe Jaguar Land Rover, Daimler a officialisé l’électrification des gammes Mercedes-Benz pour 2022, ce qui comprend la marque citadine Smart. Une annonce qui cache une stratégie financière obligatoire visant à économiser 4 milliards d’euros d’ici 2025 afin de pallier la baisse de rentabilité, les marges étant moins importantes sur les véhicules électrifiés (pour le moment peut-on le penser).

Les futures Smart ne seront plus qu’électriques

Daimler s’attend effectivement à ce que certaines marges baissent de moitié et va la jouer prévoyant pour éviter de finir dans le rouge, embrasser le bleu de l’électrique et assurer un tant soit peu le vert de la planète. Voilà le prix à payer pour commercialiser au moins cinquante voitures électrifiées, qu’elles soient 100 % électriques ou hybrides. Comme Jaguar Land Rover, qui vise 2020 , Mercedes-Benz offrira donc le choix aux consommateurs pour une transition progressive, sinon en douceur. En 2025, Daimler s’attend à une parité des volumes vendus avec les variantes thermiques. D’où cette décision ambitieuse et coûteuse.

À plus court terme, plus concrètement en 2020, la marque Smart deviendra 100 % électrique. Une évolution logique pour cette gamme davantage pensée pour une utilisation en ville. Une utilisation qui se prête bien volontiers à l’abandon total d’un moteur à essence et s’inscrit, en prime, dans les mesures politiques visant à réduire fortement les pollutions dans les grandes agglomérations voire à interdire peu à peu le thermique.

Partager sur les réseaux sociaux