Dévoilé à l'été 2016, le bus d'un nouveau genre de la société chinoise TEB devait permettre de réduire la pollution et les embouteillages en enjambant les voitures présentes sur la route. Près d'un an plus tard, le créateur du projet a été arrêté et une enquête est en cours pour collecte de fonds illégale.

À l’été 2016, un bus électrique capable d’enjamber les voitures tout en transportant jusqu’à 300 personnes effectuait son premier trajet en Chine et fascinait le web en même temps. Le véhicule d’un nouveau genre était alors présenté comme un moyen — tout droit sorti d’un film de science-fiction — de réduire les embouteillages et la pollution.

Dans l’emballement général, certains s’interrogeaient toutefois sur les aspects pratiques et légaux de ce bus enjambeur, en faisant part de leurs doutes sur le déploiement en conditions réelles du véhicule. Et ils avaient raison : l’entreprise porteuse du projet, Transit Explore Bus, fait l’objet d’une enquête de la police de Pékin pour collecte de fonds illégale, ouverte le 2 juillet dernier.

Une trentaine de personnes associées à la plateforme de financement en ligne Huaying Kailai — qui fait l’objet de poursuites d’au moins 72 investisseurs — ont été arrêtées tandis que la police tente de récupérer les fonds amassés : TEB aurait réussi à obtenir près d’un 1,3 milliard de dollars d’investissement en date d’octobre 2016. Bai Zhiming, qui gérait à la fois la plateforme de financement et TEB, fait partie des personnes interpellées.

Depuis sa présentation à l’été 2016, le bus restait immobilisé dans la ville de Qinhuangdao. La municipalité a annoncé qu’elle ferait retirer cet obstacle particulièrement encombrant d’ici la fin juillet.

Partager sur les réseaux sociaux