Microsoft vient d'annoncer l'ouverture courant 2018 de nouveaux centres de données en Afrique du Sud. La multinationale les installera à Johannesburg et Cape Town, avec l'objectif de fournir plus efficacement la région.

Après avoir rendu publics ses résultats financiers à la fin du mois d’avril 2017, Microsoft vient de faire une nouvelle annonce concernant l’ouverture de data centers supplémentaires. La multinationale fondée par Bill Gates et Paul Allen entend les installer en Afrique du Sud, selon les informations dévoilées le 18 mai 2017 par Fortune.

Ce sont les villes de Johannesburg et Cape Town qui devraient accueillir ces centres de données flambants neufs, d’ici 2018. En y installant ces sites d’équipements de son système informatique, Microsoft espère pouvoir fournir avec plus d’efficacité ses services aux utilisateurs de la région.

CC Paul Saad

« Ces nouvelles régions Microsoft Cloud offriront une fiabilité et une performance de qualité, combinées à la résidence de données », a déclaré Scott Guthrie, vice-président du Cloud chez Microsoft, dans un communiqué.

Un intérêt grandissant des entreprises pour l’Afrique

La décision de Microsoft souligne l’intérêt de plus en plus marqué pour le continent africain du côté des entreprises spécialisées dans les hautes technologies ; nombre d’entre elles cherchent en effet à s’implanter en Afrique. Ainsi, en février 2017, Facebook s’est associé à des entreprises locales de télécommunications pour installer 500 miles — soit plus de 800 kilomètres — de câblages en fibre optique en Ouganda.

Parmi les produits que Microsoft compte diffuser en Afrique du Sud, on retrouve le service de cloud computing Azure, les logiciels Office 365 et le service de base de données Dynamics 365.

Partager sur les réseaux sociaux